« cette histoire sera vraie. Elle aura été fantasmatiquement vraie »

Cette histoire, si des femmes commencent à vouloir la raconter à leur tour, prenant, parce que telle est l'évolution historique et culturelle, le relais des hommes dans la mise en mots des mythes ; [...] ce sera nécessairement d'autres points de vue, une histoire lue différemment, à la fois la même dans le réel, et une autre dans l'imaginaire. Ces récits, ces mythes, ces fantasmes, ces fragments de témoignages, ces bouts d'histoire, ne composent pas une histoire vraie. Pour qu'elle le soit, il faudrait passer par tous les registres de la structure sociale, par son évolution économique, par l'analyse des contradictions qui ont fait et font son histoire. Tel n'est pas ici l'objet décrit ; c'est une histoire, prise dans ce qui s'est perdu en nous de la tradition orale, des légendes et des mythes, une histoire agencée selon les procédés des conteuses. [...] cette histoire sera vraie. Elle aura été fantasmatiquement vraie ; elle agit encore sur nous. En la racontant, en la fabulant, voire en l'affabulant, je cherche à la défaire, à la retourner, à la dé-montrer, à l'exposer.

— Catherine Clément, "Sorcière et hystérique", dans Catherine Clément, Hélène Cixous, La Jeune née, Paris, Union générale d'édition, 1975, p. 15-16.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search