« De la pratique de l’écriture la culture a fait un mythe. De la pratique de la parole la culture a fait un ghetto »

Ici deux êtres ne se veulent plus que dans leur faire. Elles ne se reconnaissent plus que dans la réussite de leur faire. Réussite en quelque sorte officielle, officialisée, rassurante. Et figée. Les faire parler c'est faire bouger l'image. C'est produire du flou, des effets de surprise, de l'inachevé. Or c'est cela qu'elles, poètes, ne supportent pas.

Certes, elles ont dévidé des mots. Mais dans l'instant les brûlant. Carbonisation somptueuse, toute d'étincelles et de feu, de lave et de cendre. Mais la combustion advenue, le besoin de parler assouvi (sous la provocation du corps d'écoute), la femme poète se détourne de ce piège "immonde" qu'est la spontanéité, ennemie à abattre, impardonnable faute de légèreté. Et elle fera en sorte qu'aucune trace ne subsiste de cette "faiblesse" qu'est la parole.

Pour qui, en effet, travaille dans la raréfaction, l'équarrissement, la précision, l'économie, le mot que l'on donne, que l'on laisse jaillir est obscène. Nu d'une nudité première et, à coup sûr, générique. Ce qu'il dit : la désolation, l'amour, la folie, la maladie, "le métier de vivre". Bref, il dit tout. Or, par un hasard qui n'en est pas un, la parole de la femme poète est la plus percutante qui soit. Elle vrombit. Elle arraisonne même et surtout quand elle déraisonne. Et quand le silence se fait, après, il n'a plus la même densité. Une féminitude s'y épand, travaillant ses méandres, non pas tant en elle, corps de dire, qu'en l'autre, corps d'écoute. Mais de l'autre, elle, femme poète, n'a cure.

Elle est à elle-même son propre miracle (mystère ?) Et il convient de lui laisser cette jouissance. Laquelle, en effet, lui est propre. Elle jouit de la plus subtile des rencontres avec elle-même. Et ici le "don de soi" n'aura lieu, s'il a lieu, qu'à travers le filtre choisi par elle. Et ce ne sera pas la parole.

Car la parole, répétons-le, la met littéralement hors d'elle. Puisqu'elle ne veut plus coïncider qu'avec son faire (écrire). Confronté à son verbe retranscrit, le corps de dire se racornit tel une peau de chagrin, s'afflige et s'émeut. Ne se reconnaissant plus, jamais il ne permettra qu'on le connaisse à travers l'immédiateté du mot (jugé traître).

Effet de féminité ? Femme torturée à l'idée du regard d'autrui sur son être ? Femme survalorisant son image et, partant, auto-dépréciative ? Certes... aussi.

De la pratique de l'écriture la culture a fait un mythe. De la pratique de la parole la culture a fait un ghetto. Comment s'étonner, dès lors, qu'une femme refuse aux autres femmes ce dont elle ne voit ni la valeur catalysatrice, ni la force mobilisatrice, ni le pouvoir dénonciateur ? La parole parlée lui est perte, dispersion...

Qu'un corps d'écoute anonyme, puisqu'inconnu, ait joui du privilège dès lors "insensé" d'une parole révélatrice n'est qu'une apparente contradiction car, précisément, c'est une affaire de corps. Présence, sympathie, empathie, fusion de l'écoute et du dire. Corps se portant l'un l'autre. Corps porteurs tôt évanouis tandis que seule subsiste sur la page désormais écrite cette énormité qu'est une vie, cette banalité qu'est le fait.

Si la femme poète s'en détourne c'est parce qu'elle n'en voit pas l'utilité historique. Son histoire n'est que le fumier grâce auquel elle cultive sa différence.

— Michèle Causse, Maryvonne Lapouge, Écrits, voix d'Italie, Paris, des femmes, 1977, p. 191-193.

Contexte : Michèle Causse et Maryvonne Lapouge commentent le fait que les deux autrices Amélia Rosselli et Patrizia Cavalli n’aient pas voulu publier les retranscriptions des entretiens menés au sujet de leur travail d’écriture.

À lire sur le même livre : Féminisme, utopies, marxisme : Écrits, voix d’Italie (1977)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search