Hétérosexuelles et lesbiennes : sommaire pour un aperçu des tensions internes au féminisme

Clit 007 numéro 10 mars 1984 couverture

Couverture du numéro 10 de la revue Clit 007, mars 1984, « Concentré lesbien irrésistiblement toxique ». Revue lesbienne suisse, 1981-1986 — page Wikipedia.

 

On la traitait de gouine, car, se disait-on, comment une femme pouvait-elle se révolter et revendiquer l’égalité de traitement avec le mâle humain, à moins d’être une anormale1

Dans les débats féministes des années 1970, en France et ailleurs — notamment aux États-Unis et au Québec — les féministes sont confrontées à ce soupçon conçu comme une insulte : pour dénigrer leur combat, on les traite de lesbiennes2. La plupart du temps sans doute on en rigole ; Christine Bard parle des années 1970 comme d’années dans l’ensemble plutôt « joyeuses » pour les relations entre femmes :

La non-mixité crée une joyeuse ambiance homo-érotique et facilite les relations amoureuses féminines. Les « conversions » à l’homosexualité ne sont pas rares et sont vécues comme des libérations qui harmonisent vie privée et engagement politique, à l’instar de Kate Millett, ou, en France, d’Anne Zelensky (qui en fait le récit en 1977). La contre-culture des années 1970, à laquelle appartient le féminisme radical, valorise des modes de vie libres qui permettent de multiplier les expériences et de les analyser, dans des communautés éphémères ou durables.3

Mais les tensions entre hétérosexuelles et lesbiennes augmentent au fil des années. Certaines des hétérosexuelles souhaitent éviter à tout prix de confirmer le stéréotype : elles affirment que le combat féministe n’est pas un combat lesbien, clament leur désir de faire du féminisme un moyen d’améliorer les relations entre les hommes et les femmes, critiquent la virulence des positionnements de certaines autres — quitte parfois à exclure violemment les revendications lesbiennes du mouvement. L’exemple de ce qui s’est passé au NOW aux États-Unis, autour de Betty Friedan et de la « lavender menace », et qui vient d’être partiellement mis en scène dans la série Mrs. America, en est particulièrement frappant. D’autres se moquent de ces comparaisons censées être insultantes, saluent le point de vue salvateur des lesbiennes sur la « contrainte à l’hétérosexualité » (cf. Adrienne Rich) ou sur l’imposition des normes de féminité que vivent toutes les femmes, sont elles-mêmes lesbiennes au départ, voire décident de se tourner vers un lesbianisme politique qui assume le choix d’exclure le plus possible les hommes de la vie des femmes (à l’époque, c’est probablement Ti-Grace Atkinson qui est la féministe la plus célèbre pour ce positionnement). Les liens du féminisme avec le lesbianisme, de fait, sont très forts : hétérosexuelles et lesbiennes n’ont cessé de devoir justifier leurs positionnements les unes par rapport aux autres, de devoir théoriser sur les choix sexuels et relationnels qu’elles faisaient sur le plan privé — et l’histoire de ces débats constitue en bonne partie l’histoire du mouvement féministe des années 1970 lui-même (qu’on pense par exemple à la rupture de 1980 suite à la publication des textes de « La pensée straight » par Monique Wittig dans Questions féministes4).

On le voit quand on entend les militantes reparler des débats des années 1970, ou quand on retrouve leurs traces en revues : à l’intérieur du mouvement, chacune tend à se sentir opprimée par l’autre, les hétérosexuelles par les lesbiennes et réciproquement. Les premières ont l’impression que les secondes prennent toute la place (le fait est qu’elles sont peut-être plus visibles au sein du mouvement que dans le reste de la société), elles prétendent parfois que les lesbiennes confondent leurs revendications spécifiques avec celles des femmes « en général »5, par exemple en prônant une forme de séparatisme entre femmes ; les hétérosexuelles ont aussi tendance à penser, on le voit dans les archives, que les lesbiennes les méprisent pour leur sexualité et leur complicité avec les hommes. À l’autre pôle de ce débat, les lesbiennes gardent quant à elles l’impression exactement inverse : de rester très minoritaires, de voir leurs revendications et la construction de leur identité politique systématiquement silenciées et passées au second plan de la lutte, de ne pas être écoutées lorsqu’elles apportent leur point de vue sur le fonctionnement de l’hétéro-patriarcat, d’être trahies par les hétérosexuelles qui les abandonnent au moment où elles pourraient les soutenir, alors même que les lesbiennes les aident, elles, dans toutes les luttes qui ne les concernent parfois que de loin (l’avortement, la garde des enfants, le partage des tâches au sein du couple…).

Inutile de rappeler à celles et ceux qui suivent aujourd’hui les débats sans fin au sein des milieux féministes et LBT+ que ces discussions continuent et drainent toujours les mêmes enthousiasmes, les mêmes frustrations et les mêmes colères : les tempêtes s’abattent régulièrement sur les communautés lesbiennes accusées de mépriser les hétérosexuelles, voire de vouloir les contraindre au lesbianisme politique, continuent de circuler aussi nombre de remarques acerbes sur la perpétuelle redécouverte déçue, par les hétérosexuelles, que les hommes, même pro-féministes, reconduisent le patriarcat au sein de leurs couples, et des reproches sur le peu de participation des hétérosexuelles à certaines luttes comme celle de la PMA ; s’ajoutent à cela des questionnements sur la place et les choix privés et politiques des bisexuelles (quasi absents des débats des années 1970 par contre, eux6), et des reconfigurations liées à la prise en compte des vécus trans, qui vont aussi avec leurs lots de polémiques. Je le rappelle quand même, ce sont des débats internes au féminisme : qui déchirent, mais qui se fondent sur un socle commun, et qu’il serait mal avisé de vouloir caricaturer trop vite.

***

Vers la fin de ma première année de thèse j’ai décidé de me concentrer un peu précisément sur les œuvres littéraires féministes engagées qui traitent de lesbianisme ou de bisexualité, parce que ces sujets concentrent une grande partie des questions les plus cruciales du féminisme et permettent bien de réfléchir aux positionnements des sujets d’écriture féministe entre privé et politique (je m’en suis expliqué ici). C’est un travail très lent : je dépouille tout ce que je peux de traces écrites plus ou moins littéraires à la chasse d’indices de lesbianisme ou d’interrogation sur la sexualité. À part quelques œuvres évidemment fondamentales — celles de Monique Wittig ou de Michèle Causse (et encore, moins nettement) en France, celles de Nicole Brossard et de Marie-Claire Blais au Québec — la plupart du temps le sujet est très diffus en littérature, non traité ou de manière très ponctuelle, et je ne sais pas à l’avance quel livre en parle parmi les quelques centaines qui sont susceptibles d’intégrer mon corpus principal.

J’ai donc envie de proposer une série de billets, parfois fournis parfois très succincts, pour rendre compte de ces découvertes papillonnées — quelques petits aperçus frappants, quelques textes que je trouve par-ci par-là au cours de mes recherches, à compléter au fil des mois. Je ne pourrai pas proposer de vue globale sur tout cela, parce que je n’ai pas encore cette vue globale moi-même — j’espère en avoir une quand même d’ici la fin de la thèse ! En attendant pour comprendre vraiment, et hors de la question littéraire, les liens entre féminisme et lesbianisme, il faut aller chercher par exemple les travaux récents d’Ilana Eloit sur le mouvement français, ou ceux de Diane Lamoureux sur le mouvement québécois (par exemple ici ou ) !

Sommaire :

 

Textes complémentaires :

  • Christine Bard, « Lesbiennes » dans le Dictionnaire des féministes dirigé par Christine Bard, paru en 2017 aux PUF.
  • Christine Delphy, « Wittig » dans l’Abécédaire de Christine Delphy, film de Florence Tissot et Sylvie Tissot, 2015.
  • Ilana Eloit, Lesbian trouble: feminism, heterosexuality and the French nation (1970–1981). PhD thesis, The London School of Economics and Political Science (LSE), 2018, en ligne.
  • Jules Falquet, « Rompre le tabou de l’hétérosexualité, en finir avec la différence des sexes : les apports du lesbianisme comme mouvement social et théorie politique », Genre, sexualité et société, DOI : 10.4000/gss.705
  • Diane Lamoureux, « Reno(r/m)mer “la” lesbienne ou quand les lesbiennes étaient féministes », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009. DOI : 10.4000/gss.635
  • Diane Lamoureux, « De la tragédie à la rébellion : le lesbianisme à travers l’expérience du féminisme radical », Tumultes, 2003/2 (n° 21-22), p. 251-263. DOI : 10.3917/tumu.021.0251.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Hétérosexuelles et lesbiennes : sommaire pour un aperçu des tensions internes au féminisme", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 10/06/2020, https://engagees.hypotheses.org/2222, consulté le 29/11/2020.

 

Notes :

  1. Louky Bersianik, L’Euguélionne, Montréal, La Presse Itée, 1976, §418. []
  2. Voir d’ailleurs l’histoire du nom du collectif des « Gouines rouges ». Elle a été rapportée par Christine Delphy, qui raconte que l’idée lui est venue un jour alors qu’elle distribuait un numéro du Torchon brûle avec d’autres filles du Mouvement, et qu’un passant les a désignées comme les « gouines rouges » — nécessairement « gouines » parce que féministes (et rouges parce que révolutionnaires). Voir Audrey Lasserre, Histoire d’une littérature en mouvement : textes, écrivaines et collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes en France (1970-1981),Thèse de doctorat, Paris: Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III, 2014, p. 128 ; et voir Christine Bard, « Gouines rouges », dans Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003, p. 227. []
  3. Christine Bard, « Lesbiennes » dans Christine Bard (dir.), Dictionnaire des féministes, Paris, PUF, 2017. []
  4. Ibid. []
  5. Les femmes « en général » sont donc considérées hétérosexuelles par défaut, sans que ça soit forcément questionné par les féministes qui formulent ce genre de reproches. []
  6. En tout cas, quasi absents des débats tels qu’il en reste trace dans les livres et les revues de l’époque. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search