« Tu ne me donneras ni la note. Ni la mesure. Et garde tes conseils. Et réfléchis. Et ouvre tes oreilles. Et pèse tes mots. »

Quand tu me dis que le féminisme peut être élégant,
je pense que tu n'es pas gêné é é é eeeee.
Que tu ne vas pas me dire de quelle manière ni en
quel style les femmes battues, les femmes
écorchées, les femmes tordues, les femmes
déchirées, les femmes mises en boucherie, les
femmes dépossédées, les femmes enfermées, les
femmes taillées au couteau, les femmes décousues
au bistouri, les femmes dépecées, les femmes
encagées, les femmes déroutées, les femmes
imagées, les femmes imaginées, les femmes qui sont
toutes des folles, les femmes qui sont toutes des
lesbiennes vont faire craquer la coque et sauter les
balises.

Quand tu dis ça, tu secrètes ton visque.
Tu ne me donneras ni la note. Ni la mesure. Et garde
tes conseils. Et réfléchis. Et ouvre tes oreilles. Et
pèse tes mots. Le chant des sirènes était un dialogue
de sourds. Le temps des bourreaux est terminé.
Fini. Fin. Nous avons faim.

— Denise Boucher, dans Denise Boucher, Madeleine Gagnon, Retailles, Montréal, L'Étincelle, 1977, p. 37.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search