« Il est donc nécessaire de définir ici le phallocratisme »

Il est donc nécessaire de définir ici le phallocratisme.

Apparu à un âge très lointain, après ce que Bebel a appelé "la grande défaite du sexe féminin", le phallocratisme correspond à la fois à une structure mentale ET à un fait politique et social historiquement daté, nécessité très probablement par la mainmise de l’homme sur l’agriculture jusque-là domaine des femmes.

En tant que structure mentale, il s’agit de la justification du pouvoir, fait social et politique, par un fait de la nature, à savoir tout bonnement la possession d’un certain membre nommé phallus, qui détermine plus ou moins l’anatomie secondaire et présuppose que tout être naissant ainsi accoutré (rappelons-nous le mot "coutre", charrue !) est, de droit divin, supérieur à ce qui, dans le même monde, en est dépourvu : eunuque, femme. (Femme assimilée à l’eunuque, par toutes les morales, toutes les religions.)

Sur ce postulat viennent se greffer les conduites secondaires : celui qui a le plus long, le plus fort, le plus facilement érectible, etc., doit l’emporter sur les autres mâles moins bien pourvus.

Avec le développement de la civilisation : troisième stade de conduites secondaires. Celui qui doit l’emporter sur les autres est celui qui possède le "symbole phallique" le plus représentatif de sa culture ; par exemple, au Moyen Age, courage, agressivité, force physique [...] ; plus tard, l’argent devient après le féodalisme le signe sensible du pouvoir, donc de la force phallique. (Ce qu’on justifie après coup en faisant appel aux qualités viriles nécessaires pour accumuler et faire fructifier une fortune : intelligence, tempérance, obstination, travail, sagesse, etc.)

De tout ceci, à chaque étape de la civilisation, sort un interdit qui concerne la femme ; elle doit être "femme avant tout", "naturelle", "réellement femme", etc., c’est-à-dire tout ce qu’on attend d’elle ; j’ai souligné ailleurs que pour le début du christianisme et saint Thomas d’Aquin, la femme selon la nature était celle qui est soumise à l’homme, son chef comme le Christ est chef de l’Église ; et pour les U.S.A. des années 50, le qualificatif de "naturelle" s’applique à la femme qui renonce à faire carrière pour acheter docilement encaustique et aspirateurs. (Cf. les textes cités par Betty Friedan.)

Donc, toujours définie par l’homme, porteur de phallus, la femme voit avant toute chose sa condition commencer par un interdit : elle n’est pas un homme, elle ne doit pas agir comme un homme ; ajoutons : elle ne peut pas se passer de l’homme, sauf si elle se soumet directement à Dieu, dans les époques chrétiennes ; lorsque le monde se désacralise, il ne lui reste même pas cette échappatoire : vivre avec un homme et lui donner des enfants reste la seule justification de cette existence en surplus, mutilée, qu’est la sienne, être humain sans phallus et "femelle en vertu d’un certain manque" (Thomas d’Aquin).

— Françoise d'Eaubonne, Le Féminisme ou la mort, Paris, éditions Pierre Horay, 1974, VII, "Pour un manifeste féministe planétaire"


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search