« je crois au phallocratisme de chaque seconde, de chacun, dans chaque classe et chaque patrie »

Calmement, lucidement, je le répète (et je le crie, et je le râle, et je le prononce, et je l’exprimerai, par la parole et la plume, jusqu’à la fin) ; je crois à la généralité, à la profondeur, à l’universalité du fait misogyne : oui, toujours et partout, chez le capitaliste, chez le prolétaire, en camp euro-américain et en camp socialiste, et dans le Tiers Monde, et dans les sous-cultures, au Vatican comme à Cuba ; je crois en lui chez le jeune bandeur et le vieil impuissant, je crois au phallocratisme de chaque seconde, de chacun, dans chaque classe et chaque patrie. Hommes de bonne volonté, libéraux, champions égalitaires de l’universalisme, je n’accepte pas votre conseil.

— Françoise d'Eaubonne, Le Féminisme ou la mort, Paris, éditions Pierre Horay, 1974, I, "La Féminitude ou la subjectivité radicale", "Le malheur d'être femme".

Voir aussi la définition du phallocratisme par Françoise d’Eaubonne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search