« Et des femmes se mirent à vivre. À utiliser leurs poumons planétaires »

Hier encore, tout semblait terne et désespérant. “C'était toujours et partout même férocité de sottise.” Livrée aux hominicubes, la terre, la belle engrossable, était devenue carrée. Béton partout. Asphalte partout. Ennui partout. La peur crispait les ventres. Alors... Tuer. Dominer. Humilier. Couper des arbres. Pour oublier. Se venger. Se faire accroire. Prendre femme.

Prendre FEMME et lui donner un nom, son nom. ELLE, l'innommable. Prendre FEMME et la confiner dans un rôle subalterne. ELLE, la sans contour. Prendre FEMME et l'enfermer, lui interdire, la délimiter. Strictement. Prendre une nébuleuse et la mettre en bocal. Et ne pas comprendre, non vraiment ne pas comprendre... qu'elle brouille, qu'elle surisse, qu'elle ait “des vapeurs” ! Non vraiment...

Il faut pourtant qu'elle fitte dans son cube la maudite ! Allez, allez, poussez équarrissez rognez étouffez refoulez écrasez. Viols contraintes pouvoirs légiférants... valium électrochocs psychiatres. Y faut que ça rentre que ça se tasse... de gré ou de force. Chaque femme dans son cube. Contrôlable. Il le faut...

Et pendant ce temps... toujours... interminablement. Impuissance. Isolement. Sourde résistance. Dépression. Folie. Millions et millions de féminicubées : femmes mutilées atrophiées empêchées.

Et puis un jour, l'on ne sait quoi. Un vent d'origine inconnue mais d'une saveur très ancienne s'est mis à souffler. Exhalé par ELLE. Alors... se sont mises à humer... à exhaler à leur tour. S'est ainsi créé un milieu. LEUR milieu. RESPIRABLE.

Et des femmes se mirent à vivre. À utiliser leurs poumons planétaires. Individuellement d'abord. Doucement. Avec un ravissement à peine étonné. ... Et puis un jour, elles s'aperçurent qu'elles n'étaient pas seules. D'autres faisaient de même. Et toutes se nourrissaient d'un même milieu qu'elles alimentaient en retour. Elles étaient devenues OSMOSANTES.

??? Les osmosantes.

Elles ont tendance à oublier leur nom, à le perdre un peu partout. Elles sont fortement vivantes. Et pourtant sans identité. Sans contour précis.

Elles ont une voix nourrissante. Elles parlent beaucoup, mais en comprennent bien davantage.

Elles ont des yeux enveloppants. Couleur liquide précieuse. À s'y noyer. À s'y baigner. Lorsqu'elles se rencontrent, elles s'infusent. L'une et l'autre. L'une à travers l'autre. Elles s'ouvrent prodigieusement, et la première génération de femmes intactes trouve le chemin de leurs yeux emmêlés. Elles assistent calmement à la création du monde. (texte intégral, p. 5/97).

— Marie Lalonde, "Les osmosantes", dans Les Têtes de pioche, vol. 2, n°2, avril 1977.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search