« La déculturation pour laquelle nous optons est notre action »

La scission entre structure et superstructure a sanctionné une loi selon laquelle depuis toujours et pour toujours les changements de l'humanité ont été et seront des changements de structure : la superstructure a reflété et reflétera ces changements. Tel est le point de vue patriarcal. Mais selon nous, il est temps que prenne fin le credo absolu en ces reflets. La déculturation pour laquelle nous optons est notre action. Ce n'est pas une révolution culturelle qui suive et absorbe la révolution structurelle, ce n'est pas non plus la vérification de tous les niveaux d'une idéologie mais la constatation de l'absence de nécessité idéologique. La femme n'a rien à opposer aux constructions de l'homme sinon sa dimension existentielle : elle n'a pas eu de condotierri, de penseurs, de savants, mais elle a eu énergie, pensée, courage, dévouement, attention, bon sens, folie. La trace de tout cela a disparu parce qu'elle n'était pas destinée à rester, mais notre force est de n'avoir opéré aucune mythification des faits : agir n'est pas une spécialisation de caste, mais cela le devient à cause du pouvoir auquel tend l'action. L'humanité masculine s'est emparée de ce mécanisme dont la justification fut la culture. Démentir la culture c'est démentir l'évaluation des faits qui constituent la base du pouvoir.

La maternité est le moment où, parcourant les étapes initiales de la vie en symbiose émotive avec son enfant, la femme fait une "déculturation". Elle voit dans le monde un produit étranger aux exigences premières de l'existence qu'elle revit. La maternité est son "voyage". La conscience de la femme se tourne spontanément en arrière, vers les origines de la vie, et elle s'interroge.

La pensée masculine a ratifié le mécanisme qui fait apparaître comme nécessaires la guerre, le chef, l'héroïsme, le défi des générations. L'inconscient masculin est un réceptacle de sang et de peur. Ayant compris que le monde est parcouru par ces fantasmes de mort, ayant vu dans la pitié un rôle imposé à la femme, nous abandonnons l'homme afin qu'il touche le fond de sa solitude.

— Carla Lonzi, "Nous crachons sur Hegel", traduit dans Michèle Causse et Maryvonne Lapouge, Écrits, voix d'Italie, Paris, éditions des femmes, 1977, p. 357-358.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search