“j’écris pour déchirer la poésie tordre les alphabets”

j'écris c'est ce qu'on m'a appris à l'école
j'écris pour déchirer la poésie tordre les alphabets
rompre les codes jusqu'aux formes sonores de la carte
c'est derrière un discours que se noue le désir oui
je diffère tout balbutiement je pas moi j'écris
pour l'autre pour d'autres supprimer le pronom
n'y changerait rien je le dis gauchistes du verbe

— Madeleine Gagnon, Poélitique, Montréal, Les Herbes rouges, 1975.

Lire aussi : “Les petits volumes avant-gardistes des Herbes rouges


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Turbiau (12 mai 2020). “j’écris pour déchirer la poésie tordre les alphabets” Littératures engagées. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/odz3


Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search