« j’aurais à créer une prose plus terrifiante que le viol, plus abjecte que la torture »

J’aimerais simplement livrer ce que je sais. Mais il y a toujours un problème pour une femme : être crédible. Comment puis-je penser que je sais quelque chose ? Comment puis-je penser que ce que je sais pourrait compter ? Pourquoi penser que mon opinion sur quelque sujet pourrait aider qui que ce soit, où que ce soit ? Ma seule chance d’être crue est de trouver une façon d’écrire qui soit plus audacieuse et plus puissante que la haine des femmes elle-même — plus intelligente, plus profonde, plus froide. Cela peut signifier que j’aurais à créer une prose plus terrifiante que le viol, plus abjecte que la torture, plus insistante et déstabilisante que la violence conjugale, plus accablée que la prostitution, plus invasive que l’inceste, plus imprégnée de menace et d’agression que la pornographie.

— Andrea Dworkin, « Ma vie d’écrivaine », in Souvenez-vous, résistez, ne cédez pas, Paris-Montréal, Syllepses-remue ménage, p. 39-75, p. 52.

Lire aussi : l’article consacré à Andrea Dworkin et à son rapport au langage et à l’écriture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search