« à laquelle en faire offrande sinon à Sappho la très lointaine »

Tes dents l'une après l'autre j/e les arrache, tes incisives minuscules courtes et carrées tes canines bien développées toutes pointues tes molaires petites j/e les tiens dressées devant m/oi, l'une après l'autre j/e les regarde briller, elles sont prises avec leurs racines, à laquelle en faire offrande sinon à Sappho la très lointaine en lui disant qu'assemblées elles constituent le collier le plus vivant contemplé à ce jour par les yeux d'une féminine. J/e te demande qui de toi ou de m/oi va le porter, tu écartes tes lèvres m/a mutilée sur tes gencives sanguinolentes, j/e mets m/a langue dans chacune des alvéoles l'une après l'autre, j//éprouve tes plaies, m/es lèvres mes doigts reçoivent ton sang, avec m/a bouche avec m/es mains j/e fais sur ton corps des traces et des traits rouges, ta bouche saigne sans discontinuer, tu ne te plains pas m/a très silencieuse, tu m/e regardes fixement tandis qu'en toute hâte j/e couvre ton corps de grands signes, tandis que m/a peau se hérisse, tandis que j/e prends entre m/es dents intactes les petits lambeaux de ta chair arrachée, tandis que tu m/e souris horriblement toi de toutes la plus belle.

— Monique Wittig, Le Corps Lesbien, Paris, Minuit, 2015 (1973), p. 143.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search