« comme trois cavaliers déchaînés chargés de répandre sur nous l’odeur de la peste patriarcale »

et toujours de vive voix, la voix du manifeste nous appelons mémoire une forme précise de souvenir qui nous rappelle la mort le feu et la torture traversant les corps femelles la mort le feu et la torture comme trois cavaliers déchaînés chargés de répandre sur nous l'odeur de la peste patriarcale. [...] nous appelons combat le temps que nous consacrons à la réalité comme pour en éprouver le sens réel. Et aussi combat la sensation qui consiste à reconnaître ses émotions.

— Nicole Brossard, Le Sens apparent, Flammarion, Paris, 1980, p  46.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search