Comment « ficher » des livres ?

Miniature Bescherelle illustré, Bescherelle, nouveau dictionnaire national illustré, Bibliothèque nationale de France, ENT DO-1 (BESNIER, Fernand)-ROUL

Détail – Bescherelle illustré, Bescherelle, nouveau dictionnaire national illustré, Bibliothèque nationale de France, ENT DO-1 (BESNIER, Fernand)-ROUL

 

Depuis que j’écris et partage un peu ici j’ai eu pas mal de discussions de méthode avec des collègues, doctorant·es, masterant·es, quelques-un·es de mes étudiant·es de licence aussi, et je me suis aperçue qu’on n’avait pas du tout les mêmes manières de travailler pour garder trace de nos lectures : j’avais promis un petit article pour expliquer rapidement comment, de mon côté, je fonctionne — je profite du confinement pour m’exécuter !

Je précise d’emblée, surtout pour les étudiant·es encore incertain·es sur leurs propres modes de fonctionnement qui passeraient ici, que c’est ma manière de faire, à moi qui ai des besoins spécifiques, c’est-à-dire des défaillances ou des qualités singulières et des névroses toutes personnelles (de sur-organisation notamment 😶) : ça ne peut pas convenir à tout le monde et c’est très bien comme ça, c’est juste pour échanger des idées.

Quand je « fiche » des livres, c’est réservé aux essais, livres théoriques, livres d’histoire, bref à tous ceux que je lis principalement pour en tirer des connaissances — le corpus critique de ma thèse. Pour les ouvrages de littérature (romans, théâtre, poésie, etc.) qui forment le corpus principal j’ai un tout autre système qui consiste surtout à relever et classer des citations et prendre des notes à la volée, que j’ai expliqué ici et ici; et je suis l’avancée de l’ensemble dans un simple cahier.

Plan de l’article :

 

Penser aux objectifs de la fiche

C’est la base, mais je pense que la première chose à penser c’est l’objectif de la fiche : pourquoi la rédige-t-on ? Pour quelle durée, pour qui, pour en faire quoi ensuite ? Dans quelles conditions l’a-t-on faite ? Sauf si je manque de temps ou si le bouquin m’ennuie trop, je pars sur le principe « je fiche pour épargner à mes ami·es d’avoir à lire le livre ». J’ai commencé à ficher en prépa, on avait un groupe de travail — les impératifs étaient :

  • De faire quelque chose de clair, compréhensible pour quelqu’un·e qui n’a jamais ouvert ce livre ;
  • En même temps, synthétique le plus possible, pour aller vite.
  • Faire quelque chose de facilement exploitable, ça va avec la synthèse : histoire que les ami·es puissent repérer tout de suite l’important, l’apprendre et ne plus avoir à y retourner.

Même si aujourd’hui je suis concrètement la seule à lire mes propres fiches j’ai gardé le même principe, avec de la pitié pour le moi de « dans deux ans », « dans trois ans », qui aura oublié la lecture initiale et aura besoin de retrouver vite l’essentiel. En mémoire puis en thèse, ce que j’ai dû ajouter comme critère a été :

  • La nécessité de noter systématiquement les références, pour pouvoir s’épargner de devoir re-consulter les livres juste pour trouver des numéros de pages.

Ça, ça marche dans l’idéal. Pour les fiches faites dans des conditions plus chaotiques, j’essaie de noter au début dans un encadré ce pour quoi je l’ai faite, les circonstances, et donc ce que j’ai ciblé particulièrement et ce que j’ai zappé — juste pour savoir après coup si la fiche est vraiment fiable ou non.

Exemple 1 : noter la manière dont la fiche a été rédigée

Exemple 1 : noter la manière dont la fiche a été rédigée

 

Créer un modèle de fiche

Tout ça nécessite — je trouve — de se créer un modèle de fiche : une structure toute faite de manière à ce qu’il n’y ait plus qu’à remplir les trous à l’ouverture du fichier tout neuf. Je dirais : au minimum, avoir une feuille de style ; dans l’idéal, avoir des pré-catégories préparées. C’est possible sur Word, sur LibreOffice (« modèles »), sur LaTeX (« préambules ») et autres logiciels.

La feuille de style a deux utilités :

  • Harmoniser automatiquement la mise en forme des différents niveaux de texte (titre de premier niveau, titre de second niveau, corps de texte, citations, notes de marge ou de bas de page…) ;
  • Permettre la génération automatique de la table des matières.

Idéalement, associer chaque type de texte à un raccourci clavier, histoire de ne pas avoir à sans cesse multiplier les clics dans la fenêtre des styles : Ctrl+1 pour un titre de niveau 1, Ctrl+2 pour un titre de niveau 2, etc. (Sinon c’est vraiment pénible).

Les pré-catégories me paraissent moins nécessaires — j’entends par là des lieux tout préparés dans le modèle, générés automatiquement à l’ouverture d’un fichier neuf. Personnellement, j’ai fait en sorte d’avoir automatiquement :

  • Un titre ;
  • Une entrée où noter précisément les références bibliométriques de l’ouvrage fiché ;
  • Une table des matières ;
  • Un encadré pour noter les circonstances de rédaction de la fiche.

Tout ça, c’est quelques heures de travail pour la mise en place, par contre après ça cadre le travail automatiquement et vous n’avez plus à vous occuper de rien : c’est une technique de flemmard·e.

 

Hiérarchiser la lecture

Je crois que jusqu’à présent la principale différence que j’observe dans les méthodes des un·es et des autres, c’est le partage entre celles et ceux qui notent surtout des contenus d’information (citations, idées, infos), et celles et ceux qui notent surtout des structures (des plans, des déroulés d’argumentation) : je suis #TeamStructures, personnellement je suis incapable de lire et comprendre une fiche qui a juste pris des notes à la volée.

Concrètement, ça signifie que le plus important pour moi est de pouvoir retrouver vite le plan de l’œuvre (la table des matières prévue par l’auteur·e) et de le compléter avec mes propres analyses de lecture (les sous-parties que je repère moi-même, que j’ajoute à la table des matières) : donc c’est la table des matières que je fais apparaître en premier dans la fiche, avec les numéros de page si les titres viennent de l’auteur·e, sans si c’est moi qui les ai rédigés.

Ficher - Exemple table des matières

Exemple 2 : table des matières

Dans le corps de la fiche ensuite, pas de gros blocs de textes mais que des idées / infos hiérarchisées, de manière à pouvoir au choix retrouver l’argumentation générale très vite sans avoir à fouiller, ou retrouver le détail du développement. Ça veut dire que mes fiches sont parfois loin d’être synthétiques : si vraiment je sais que j’aurai besoin d’y revenir en détails plus tard, je retranscris parfois quasi tout du texte initial mais je me le rends plus lisible et ce sera toujours plus rapide et plus efficace de revenir à la fiche stockée sur mon ordinateur que de devoir reparcourir le livre. Dans l’exemple ci-dessous par exemple, j’ai probablement (c’est vieux) repris l’essentiel du texte par sécurité (comme il paraît un peu obscur), mais au moins c’est hiérarchisé et à relecture je peux déterminer très vite ce qui m’est utile ou non.

Ficher - Exemple hiérarchie interne

Exemple 3 – hiérarchie interne

 

Partisane de cette méthode-là, la longueur de mes fiches est hyper variable : j’ai parfois 3 pages si le plan s’auto-suffit, parfois 30 si le livre est vraiment important pour moi et/ou regorge de détails dangereux à zapper. Mais dans tous les cas, c’est hiérarchisé — je peux survoler ma fiche en 5 minutes — et suffisamment complet pour que j’aie peu besoin de revenir au livre.

 

Référencer au maximum

Toujours dans la même idée de s’éviter le plus possible d’avoir à revenir au livre, je trouve important de noter systématiquement toutes les références :

  • Si le livre en cite un autre dans un passage qui m’intéresse, je prends la référence ;
  • Si au moment de ficher j’ai la flemme de reformuler et reprends mot à mot le texte de l’auteur·e (souvent), même si ce n’est pas un passage hyper frappant, je mets des guillemets pour me rappeler que j’ai tout copié et éviter le plagiat ;
  • Lié à ça, je note systématiquement le numéro de page (même si ça me fait noter trois fois par ligne le même numéro de page).

C’est un temps fou gagné en rédaction ensuite, puisque toutes les références sont déjà prêtes même pour les plus petits détails.

 

Avec LaTeX

Il se trouve que j’utilise LaTeX : ça offre quelques possibilités spécifiques dont je peux parler ici. Pour autant quand même, je précise : que la mise en place a été longue (la création des préambules est un peu chaotique, c’est vraiment du bricolage par rapport à d’autres systèmes de code), que j’ai fait ça parce que ça m’amuse d’être un peu geek (chacun·e ses délires), et que l’intérêt de LaTeX par rapport à des logiciels normaux de traitement de texte est franchement limité en lettres, surtout que quasiment personne ne l’utilise donc aucune communauté d’usages ne se met en place là et vous vous retrouvez vite seul·e avec vos fichiers .pdf sur lesquels personne n’accepte de travailler (et c’est normal). Donc bon, je fais ça, mais je ne recommande pas particulièrement : c’est vraiment juste mon goût personnel.

La première raison pour laquelle je travaille avec LaTeX, c’est l’automatisation de tout et la lisibilité des mises en forme : j’ai des modèles bien définis qui ne nécessitent pas de retouches, plein de raccourcis clavier pour plein de fonctions, et des mises en forme automatiques — des espaces insécables automatiques partout où il en faut, des italiques dynamiques (italiques dans des corps standards, standards dans des corps italiques), bref c’est propre et rapide.

La seconde raison, c’est la possibilité de créer une mise en forme un peu différente de ce qui est permis avec des logiciels standards : en particulier, j’aime bien avoir mes notes en marge plutôt qu’en bas de page, pour des simples raisons de lisibilité à l’écran (la flemme de tout descendre, puis tout remonter : j’ai la note directement à côté du texte). Ça se bidouille dans le préambule, ça donne ça :

Ficher - Exemple de notes en marge

Exemple 4 – notes en marge

 

Il y a une dernière raison, que je ne suis plus sûre de totalement valider mais que j’avais mise en place après l’agreg, avec mes réflexes de révision d’alors : avec LaTeX on peut programmer avec des « si » et générer des fichiers différents selon les conditions qu’on donne, j’ai utilisé ça pour me permettre de « stabiloter » ou non mes fichiers. Dans le code .tex tout est prévu de toute façon, c’est au moment de la compilation (exportation en .pdf) que je dis si je veux des couleurs ou si je n’en veux pas. Pour certaines fiches c’est utile, toujours dans l’idée de pouvoir survoler vite et retrouver les infos : si je veux repérer rapidement à quel endroit je parle de dates, à quel endroit je cite des personnes précises, etc. Voilà par exemple deux compilations différentes du même fichier :

Ficher - Exemple couleurs ou non

Ficher – Exemple couleurs ou non. Fiche tirée de la thèse d’Audrey Lasserre sur Une littérature en mouvement

À l’usage : tout « stabiloter » c’est pénible et ça alourdit le code, alors la flemme ; il n’empêche que les quelques fiches que j’ai pris la peine de colorier en début de thèse sont quand même particulièrement efficaces — c’est un petit bonus en somme.

***

Voilà pour l’ensemble ! Je le répète par contre, pour les étudiant·es : chacun·e sa méthode. La mienne est sur-organisée, un peu geek et un peu psychorigide : elle marche pour moi, pas pour tout le monde — mais elle peut inspirer j’espère !

Lire aussi : « Enregistrer et transcrire des notes audio »

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Comment « ficher » des livres ?", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 17/03/2020, https://engagees.hypotheses.org/1918, consulté le 29/11/2020.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. selignac dit :

    je pense qu’on a des manieres de fonctionner totalement a l’oppose :)) mais je retiendrais le fait de reprendre la table des matieres, j’y avais jamais pense. Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search