« ma folie ne ressemble en rien à la tienne. Je suis en dissidence avec l’absolu de l’Histoire »

Et s’il ne nous reste qu’un langage de fous pour communiquer entre nous, délivrons-le. Moi, je sais beaucoup de choses depuis ma vie. Toi ? Je suis poussée à bout des choses que je tais. Elles m’étranglent et je veux les crier. Personne encore ne sait rien de ma folie, de mon délire de monde ; ma folie ne ressemble en rien à la tienne. Je suis en dissidence avec l’absolu de l’Histoire. Et c’est ça que les femmes veulent dire. Comprends-tu ? Si tu les écoutais, tu tomberais des nues : là enfin, on serait à la même hauteur pour se parler. Et peut-être qu’un beau matin, on arriverait à s’accoupler pour faire ensemble une race d’hommes qui ne seraient plus des oppresseurs.

— Marthe Blackburn, "Les jasettes intérieures", in. Sorcières, n°14, 1978, p. 29.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search