« Elles ont, toutes, le cœur lourd et une mémoire d’éléphant. Soif, le sens de la fête et du ricanement »

Une heure et quart. C'est ça. Au cœur du noir, le feu. On dit bien : "le feu sacré". On dit ça. Encore toutes chaudes de la chaleur du brasier, les sorcières traversent la nuit de l'inconscient. Elles ont, toutes, le cœur lourd et une mémoire d'éléphant. Soif, le sens de la fête et du ricanement. Si elles sont revenues, encore une fois, sur le théâtre des opérations, ce n'est que pour apprendre à fabriquer des fusées décapotables pour explorer l'abscisse et l'ordonnée de cette "histoire inénarrable contée par un idiot" comme avait l'habitude de dire la petite sœur de Shakespeare à son frère au sujet de ses tragi-comédies.

— Yolande Villemaire, Du côté hiéroglyphe de ce qu'on appelle le réel, Les Herbes rouges, Montréal, 1982, p. 29.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search