“Lesbienne radicale […] C’est nous réaliser, c’est notre rage de nous appartenir et d’en être profondément consciente”

LESBIENNE :

C’est d’abord un choix sexuel. Une lesbienne ne se définit pas comme : homosexuelle, bisexuelle, gaie, femme aimant une femme.

Que nous en ayons conscience ou non, nous représentons un danger, une menace à éliminer. Or, la meilleure façon d’éliminer un danger c’est de le nier : voilà pourquoi la société patriarcale nous définit en tant qu’hétérosexuelles déviantes, comme femmes ayant une sexualité pervertie (anti-sociale, cf. le Petit Robert), anormales. Par cette négation on nous exclut de ce système. C’est à partir du moment où nous nous définissons une existence en dehors de l’hétérosexualité (c'est-à-dire que nous n’avons aucun besoin à quelque niveau que ce soit des hommes) que politiquement nous nous sommes exclues du système hétéropatriarcal.

Du fait que nous soyons à l’extérieur du système nous sommes en position d’analyser les structures d’oppression de ce système en dehors des liens, droits et privilèges (illusoires) qui existent quand on est à l’intérieur du système.

[...]

LESBIENNE RADICALE [Par opposition aux lesbiennes féministes] :

C’est reconnaître le pourquoi de notre exclusion, c’est prendre conscience de l’importance de se regrouper, de nous affirmer. C’est d’abord se battre pour soi-même, pour sa propre identité. C’est vouloir créer une collectivité lesbienne, une communauté lesbienne, c’est d’abord et avant tout s’occuper de nous pour nous. C’est nous réaliser, c’est notre rage de nous appartenir et d’en être profondément consciente. C’est enfin prendre en main notre vécu de lesbienne, nos dires, s’occuper de nous directement et en dehors de la protection du féminisme. C’est une alternative à l’hétérosexualité. C’est une solution pour contrer le système patriarcal. C’est un rejet des patterns hétéros.

Les femmes sont nécessaires au bon fonctionnement du système patriarcal de par leur fonction reproductrice, de par leur asservissement au bien-être sexuel, physique, émotionnel, économique de chaque homme et par là-même de la société des hommes.

Même si les lesbiennes continuent à fonctionner à l’intérieur de cette société d’hommes, soit par la perpétuation des rôles (butch-femme), soit par notre rapport économique au système hétéro-patriarcal auquel il est pratiquement impossible d’échapper, jamais cette participation ne contribue à entretenir directement la classe des hommes.

Les lesbiennes ne vivant pas avec un homme ne sont donc pas des femmes. Il en découle qu'elles sont opprimées et réprimées. Les lesbiennes radicales remettent en question le terme femme en voulant l’abolition de la classe femme par laquelle les hommes s’approprient les femmes.

Le lesbianisme radical c'est vouloir la destruction du système social de l'hétérosexualité basé sur l'oppression.

EN CONCLUSION

Parce que en tant que lesbiennes nous sommes considérées comme anormales, inconcevables, du genre : "t’es pas tombée sur le bon, c’est pour ça !" ou "C’est pas ÇA le vrai amour" ou "elle a toujours voulu être un gars quand elle était petite elle !" nous sommes en effet exclues, NIÉES. Ce qui nous permet d'être en retrait par rapport à ce système et de voir les choses qui ne peuvent être vues de l’intérieur de ce système. Et ce que nous voyons est le pourquoi de notre exclusion ; ce que nous voyons ce sont les femmes... et certaines d’entre elles deviennent lesbiennes... AMAZONES... aujourd’hui comme hier

— Collectif de la revue, Amazones d'hier, lesbiennes d'aujourd'hui, vol. 1, n°0, Montréal, mars 1982.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Turbiau (3 mars 2020). “Lesbienne radicale […] C’est nous réaliser, c’est notre rage de nous appartenir et d’en être profondément consciente” Littératures engagées. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/odyo


Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Olsen dit :

    Les lesbiennes radicale ne vivent pas en dehors du système heterosexiste patriarcale, la plupart étudient les sciences patriarcales, evoluent et sont promuent dans le système patriarcal, n’échappent pas a l’elitisme, le capitalisme, l’abus du vivant et même la violence contre d’autres lesbiennes. Malheureusement… Mais la politique lesbianisme radicale est très intelligente et juste mais incomplète ce qui mène a des absurdités qui font des dommage au sein même du lesbianisme politique. On vit dans un patriarcat qui étend ses tentacules sur l’ensemble du vivant et pour combattre le patriarcat il faut combattre l’abus et le manque d’empathie qui sont les principal attribut du patriarcat.
    Une lesbienne radicale ne peut pas travailler pour le patriarcat et agir de manière individualiste avec ses privilège patriarcal au détriment de lesbienne qui sont exclu du système par agression, torture etc et qui tentent de se regrouper pour survivre ensemble.

  2. pascal hesse dit :

    Bonjour. Vous avez tort de croire que les homosexuelles sont classées comme déviantes. Le peuple des cons , peut-être , vous voit ainsi, mais le Peuple non seulement ne vous déteste pas, mais en plus il vous aime. Vos croyances se basent sur une minorité violente, comme celles des racistes sur des attaques physiques ou sociales par des étrangers. Mais ce ne sont pas des généralités ! ON VOUS AIME !!! Bonne et longue vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search