Les ressources numériques en thèse (de littérature)

(Pixabay)

 

Seconde partie du rapide récapitulatif sur les ressources numériques dont nous disposons en littérature (comparée ou non), suite à la séance du labo junior du CRLC du 18 février. Pour rappel, cette séance « méthode » s’était proposé pour but de faire échanger les doctorant·es présent·es sur leurs possibilités numériques, nous avions principalement discuté des mérites des carnets Hypothèses.

Nous avions aussi parlé, en vrac, d’autres ressources : Hal Archives ouvertes ; Zotero ; Isidore et projets Huma-Num ; OrcID ; The Conversation. Je ne saurais pas mieux présenter ces différentes plateformes qu’elles ne le font déjà, mais quelques points pour récapituler ce qu’on a pu dire — et ci-dessus les liens vers les plateformes et leurs propres présentations. Lors de cette séance on a aussi parlé assez allusivement aux risques d’auto-plagiats en thèse, je renvoie pour ça au récap fait par le Collectif Doctoral de Sorbonne Université il y a quelque temps.

Plan de l’article :

 

HAL Archives ouvertes

HAL est l’une des plateformes qu’il faut connaître : c’est celle qui permet de déposer ses articles et données, de les partager, y compris en pré-publication, c’est-à-dire avant qu’ils ne soient disponibles édités en revue ou livre. Chaque doctorant·e ou chercheur·se peut y créer sa page, affiliée à l’institution de référence (ici la page HAL de Sorbonne Université) : ainsi, les travaux d’une personne sont facilement accessibles à tou·tes, l’on peut partager rapidement ses avancées, se faire connaître.

Le dépôt de toutes les publications d’un·e chercheur·se est donc vivement recommandé : « à titre individuel, cela vous permet de tenir une liste exhaustive ; et au niveau institutionnel, de donner une visibilité accrue à la production des chercheurs de l’Université »1. La création rapide d’un identifiant chercheur·se IdHAL est également très recommandée : c’est ce qui permet la génération automatique des CV, de bien attribuer l’ensemble de la production dans HAL, et d’éviter les risques d’homonymies.

Ci-dessous, vous trouverez quelques liens pour comprendre les bases de HAL. Lors de la séance du labo junior, beaucoup de questions précises avaient été soulevées. Par exemple : peut-on déposer sur HAL un article rédigé de longue date, fouillé et bien construit, qui trouverait des lecteurs et lectrices, mais décidément trop long pour une publication en revue ? Autre exemple : peut-on déposer sur HAL un mémoire rédigé depuis longtemps, non publié mais qu’on souhaiterait pouvoir partager autour de soi ? HAL pourrait-il protéger, dans ce cas, des risques de plagiat sur ce type de productions ? Ou encore : quand on tient un carnet de thèse et qu’il nous arrive d’y publier certains articles qu’on juge de bonne qualité, peut-on les déposer aussi sur HAL ? Voilà les réponses fournies par le service HAL de Sorbonne Université (merci !) :

  • Sur l’affiliation : dépose-t-on forcément en passant par notre institution ? Techniquement, vous pouvez déposer une publication en passant par n’importe quel portail HAL. Mais pour déposer une publication il est nécessaire d’être affilié à une institution de recherche. Il existe une exception, la catégorie « chercheur indépendant ». En fait, il est possible de déposer dans HAL, au titre de l’article 30 de la Loi pour une République numérique, les publications scientifiques qui ont été financées à 50 % sur des fonds publics. On élargit cette définition restrictive aux chercheur·ses affilié·es à une institution de recherche car on estime que les coûts de fonctionnement de celle-ci « couvrent » cette contrainte.
  • Pour les articles. Seuls les articles publiés, ou en attente de publication (pre-print) peuvent être déposés : il n’est donc pas possible de déposer un autre type d’article (HAL est un outil d’archivage et non de publication) — impossible donc de déposer un article de 25 pages refusé dans les revues car trop long, pour répondre à la question soulevée en séance.
  • Pour les écrits type mémoires. Les mémoires peuvent être déposés uniquement dans DUMAS, la partie de HAL consacrée à la littérature grise, mais ne peut se faire directement par les étudiant·es. Il s’agit de la seule exception à l’auto-archivage dans HAL : les mémoires peuvent être déposés uniquement pas les UFR, avec un critère de notation.
  • Pour les billets de blog. En principe, on peut tout à fait déposer sur HAL des articles de blog, à condition de les enregistrer en tant qu’“Autre publication” puis « Article de blog » (le lien d’explication est ici). Dans ce cas, l’article se trouvant déjà quelque part en ligne, c’est en principe seulement la référence qu’on dépose en ligne — pas le texte intégral (exemple ici). Si le billet dispose d’un DOI, le dépôt des métadonnées est automatique.
    • Il doit bien s’agir d’un article : une annonce de séminaire ou un calendrier ne passeront pas.
    • En principe les articles qui portent sur la méthode de la recherche, ou au ton léger — comme souvent sur les carnets, donc — n’ont pas grand chose à faire sur HAL, réservé à l’archivage des publications scientifiques.

Pour finir, quelques ressources propres à Sorbonne Université :

 

Zotero

Autre outil rapidement évoqué pendant la séance, Zotero : en l’occurrence, le logiciel est bien connu, facile à utiliser, et les tutos / vidéos / articles explicatifs fourmillent sur le web (quelques liens plus bas) ; en dépit de cela on constate que beaucoup de doctorant·es rédigent leur thèse sans l’aide de Zotero, sans doute pour un tas de raisons différentes — flemme d’apprendre à manier l’outil, méconnaissance de ses capacités, peur que ce soient des galères en plus…

  • Référencer. Le but principal de Zotero est de centraliser la bibliographie : on y enregistre tous nos documents, pour la thèse, pour les articles, pour l’enseignement, etc. Il est possible d’opter pour un enregistrement à la main (vous entrez les données), ou d’opter pour un enregistrement automatique à partir de l’ISSN ou du DOI (dans ce cas les métadonnées sont immédiatement enregistrées pour vous). Les plug-ins web permettent aussi d’enregistrer automatiquement les données dans Zotero à partir d’une page web.
  • Trier. Grâce au système de répertoires et de tags il est possible de classer facilement toutes ces entrées, chaque document pouvant figurer à différents endroits (par exemple, mettons, Trouble dans le genre dans un répertoire « théorie queer », dans un répertoire « linguistique pragmatique » et dans un répertoire « classiques thèse ») : ainsi, vous pouvez facilement trier vos ressources, les retrouver rapidement selon vos besoins.
  • Annoter. Zotero vous permet d’associer à chacune de vos références des notes ou des fichiers pdf : vous pouvez prendre des notes sur vos articles, des aide-mémoires etc. directement dans le logiciel.
  • Automatiser les notes de bas de page et références pendant la rédaction. Zotero se synchronise avec votre logiciel de traitement de texte (Word, LibreOffice Writer, Scrivener, LaTeX…) pour automatiquement créer les références dans vos documents et les mettre à jour. Vous pouvez choisir la mise en forme de vos références (par exemple en corps de texte — « Butler : 1990 », « Butler 1990 » — ou en note de bas de page — Butler, Trouble dans le genre, etc.), dans ce cas le choix se fait en amont et l’harmonisation de toutes vos références est automatiquement menée par le logiciel. Automatique aussi, la gestion des « op. cit. » et « ibid. » : pas besoin de remonter vos pages pour vérifier si oui ou non vous avez déjà utilisé telle ou telle référence, le logiciel s’en occupe.
  • Rechercher. Grâce aux répertoires et tags, vous pouvez facilement retrouver des ressources bibliographiques en fonction des sujets qui vous intéressent. Zotero est en plus doté d’un moteur de recherche, qui peut vous retrouver des infos dans les données bibliographiques enregistrées et dans les notes que vous avez prises sur tel ou tel article, tel ou tel livre : hyper efficace pour retrouver des références oubliées ou créer des liens entre différents ouvrages.
  • Exporter. Zotero propose différents formats d’exportation des données, des listes de références que vous constituez, pour pouvoir les réutiliser ailleurs.

 

Pour résumer donc, Zotero permet d’aller bien plus vite dans la rédaction, de ne rien perdre en chemin, d’éviter les étourderies de mise en forme de la bibliographie en fin de parcours. La prise en main est vraiment simple, l’usage peut évoluer sans problème au cours de la thèse sans que tout soit remis en cause : le petit temps de mise au point au départ est largement compensé par ce que vous gagnez à la fin.

À l’usage, j’ai personnellement remarqué quelques petites choses qui m’ont, au début, découragée d’utiliser Zotero :

  • Les enregistrements automatiques des métadonnées à partir du web comportaient souvent des données erronées (par exemple, on m’enregistrait les références d’un scan Google des livres, au lieu des références du livre lui-même),
  • Il n’était pas possible de prendre en compte la différence entre la date de publication originale d’un ouvrage (qui souvent nous intéresse en premier chef) et celle de la réédition.

Des solutions bricolées sont envisageables. Pour le premier problème eh bien, s’astreindre à vérifier les données pour chaque nouvelle référence — c’est en fait indispensable. En général on ne rencontre aucun souci avec les DOI et les ouvrages récents, pour le reste il faut se méfier. Pour le second problème, des développements sont apparemment en cours et il est en attendant possible d’enregistrer la date originale de publication en « extra », sous la forme {original-date : 1990}.

Quelques ressources supplémentaires :

 

Isidore

J’irai plus vite sur les autres outils évoqués pendant la séance, mais un mot quand même sur les services d’Huma-Num. Huma-Num est une infrastructure de recherche qui s’occupe de « faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales » : elle réfléchit aux usages numériques des chercheur·ses, aux moyens techniques de les soutenir (outils, bonnes pratiques numériques, etc.), aux implications sociales qui vont avec (protection des données, éthiques de la recherche…) .

Vous en connaissez certainement certains services, de plus en plus massivement utilisés (accéder aux listes complètes ici) : Voyant-Tools pour analyser les textes, oXygen pour éditer en XML, Nakala pour stocker et publiciser des données… Le plus communément utile en littérature, si l’on n’a pas de gros besoins vers les humanités numériques, est sûrement Isidore : c’est un service de repérage des publications en sciences humaines et sociales, qui permet de « signaler » les travaux des chercheur·ses et qui fournit un moteur de recherche ciblé pour nos besoins.

Le moteur de recherche Isidore se trouve à l’adresse https://isidore.science ; il est possible d’y faire une recherche simple (de document, de ressources sur un sujet précis…), ou de se connecter à son compte personnel pour pouvoir transformer Isidore en assistant personnel de recherche — enregistrer ses recherches, suivre certain·es chercheur·ses, créer des alertes, etc. Isidore fait gagner un temps précieux lorsqu’on a besoin de faire une rapide recherche biblio : exit les résultats peu pertinents des moteurs de recherche généraux, on trouve tout de suite ce qui nous concerne en recherche, soit des articles de revues, des comptes-rendus de lecture, des articles de carnet de recherche. La mise en place de notifications (par mails) lorsque de nouveaux articles paraissent sur un sujet qui vous concerne permet de ne rien rater des nouvelles parutions.

Sans m’étendre plus, vous trouverez toutes les explications sur les carnets de Johanna Daniel (« Isidore, moissonner et enrichir les ressources en SHS ») et de Caroline Muller (« Un petit poisson bleu qui va changer vos recherches »).

 

Divers (OrcID, The Conversation, Twitter…)

Vraiment en vrac, on a parlé de quelques autres possibilités numériques pendant cette séance de labo junior.

OrcID, réseau des chercheur·ses. Vous pouvez y créer un identifiant unique reconnu de manière internationale ; vous pouvez le relier à tous les lieux numériques où vous travaillez (OpenEdition, HAL, The Conversation…) de manière à donner à lire sur votre page OrcID tout votre travail. Comme un profil HAL, OrcID vous permet de remplacer votre page Academia par une plateforme plus sûre en matière de protection des données.

Quant à The Conversation, c’est tout à fait autre chose : il s’agit d’un journal d’information en ligne, dédié à la vulgarisation — des chercheurs et chercheuses rédigent de courts articles sur des sujets qui concernent leurs travaux et qui sont plus ou moins d’actualité, des journalistes retravaillent l’article pour le conformer à des normes journalistiques plus efficaces sur le web que les normes d’écriture universitaires. Les articles sont ensuite diffusés à assez grande échelle sous licence CreativeCommons, c’est-à-dire que d’autres revues en ligne peuvent, à condition d’indiquer d’où vient l’article, le reprendre et le diffuser sur leurs propres plateformes. Pour pouvoir écrire dans The Conversation, il faut que l’université à laquelle vous êtes rattaché·e ait passé un contrat avec le journal — à Sorbonne Université c’est le cas (voir ici les publications des chercheur·ses de Sorbonne Université). En pratique, l’écriture sur The Conversation peut être un peu frustrante — les articles sont courts, les notes de bas de page sont impossibles — mais c’est formateur pour la vulgarisation, et le nombre des lecteur·ices est incomparablement plus élevé que pour les publications universitaires standards.

Enfin, il me semble bien qu’on avait aussi évoqué Twitter — et si ce n’est pas le cas, je l’ajoute ! Évidemment pas besoin de faire les présentations, mais simplement pour rappeler que Twitter est un réseau social particulièrement utilisé par les chercheurs et les chercheuses, toutes disciplines confondues — et depuis les tout débuts de Twitter semble-t-il. Y circulent nombre d’informations — annonces de colloques, parutions, etc. — et d’échanges sur les pratiques de recherche, sur l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche (le cas échéant, c’est une mine pour comprendre les mobilisations en cours), sur les doutes qu’on rencontre etc. Certains hashtags sont massivement utilisés par les chercheur·ses : #TeamRédaction par exemple qui a la vie longue, ou plus récemment #BibliSolidaire en raison du confinement. Depuis quelques années il semble qu’il y ait un début de migration de la communauté scientifique de Twitter vers Mastodon (plus ou moins la même chose mais en « auto-hébergé, libre, distribué et acentré » (voir la présentation sur Wikipedia) — c’est encore loin d’être achevé.

***

Voilà, je crois que cette fois tous les points abordés lors de la séance ont été repris !

N’hésitez pas à compléter en commentaire, à ajouter des ressources ou à poser des questions s’il y en a !

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Les ressources numériques en thèse (de littérature)", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 12/04/2020, https://engagees.hypotheses.org/1750, consulté le 08/07/2020.

 

Notes :

  1. Je cite Marie Garambois, responsable du département Publications et Open Access à Sorbonne Université, qui a répondu à toutes mes questions. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Le Baragosse dit :

            On peut donc se demander si la litterature reinvestit les reseaux sociaux a l heure ou le numerique est a la democratisation et a la discussion participative ou si elle se pose toujours comme ?uvre litteraire offerte a la simple consultation des lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.