Ouvrir un carnet Hypothèses ?

"re/touches - les livres-vêtements de marie & christèle"© by-nc-sa Fabonthemoon sur Flickr

« re/touches – les livres-vêtements de marie & christèle »© by-nc-sa Fabonthemoon sur Flickr

 

Petit article de mise au point suite au séminaire du labo junior du CRLC ce soir. On a parlé de :

  • Carnet Hypothèses : comment, pour quoi, quels avantages, quelles hésitations… ;
  • Hal Archives ouvertes — pour déposer les articles en pré-publication notamment ;
  • Isidore — moteur de recherche pour travaux universitaires ;
  • Les projets de Huma Num en général ;
  • OrcID — identifiant unique pour chercheur·se, permet de faire le lien entre les différentes plateformes ;
  • The Conversation — tout à fait autre chose, mais plateforme journalistique qui permet aux chercheur·ses de partager plus facilement au grand public certains travaux.

Pour cet article-là, je reviens juste sur le carnet Hypothèses puisque c’est ce qui a suscité le plus d’intérêt lors de la séance — sachant que beaucoup d’autres carnets rédigent leurs propres articles pour expliquer l’intérêt de la démarche. D’abord quelques idées pour se motiver, puis quelques explications pratiques. La partie 2, sur les autres ressources numériques en thèse, se trouve ici.

 

Pour( )quoi ?

Différents types de carnets sont possibles, selon les contenus qu’on souhaite diffuser, selon la périodicité souhaitée aussi : au moment de faire la demande d’ouverture d’un carnet, on doit préciser s’il s’agit d’un carnet de séminaire, d’un carnet de master, de colloque, de thèse… Ce premier choix n’est pas figé par la suite, mais il oriente la manière de penser le carnet : les choix éditoriaux (graphisme, texte) ne seront pas les mêmes, les menus non plus, les types d’articles non plus — pour un carnet de séminaire on s’attend à des informations de calendrier et éventuellement à des compte-rendus, pour un carnet de thèse à des articles de veille ou à des réflexions bibliographiques…

Quelques arguments pour ouvrir un carnet de thèse (je suppose que c’est le projet de carnet qui suscite le plus d’hésitations personnelles ?). Mon point de vue est clairement situé par mon propre usage ; personnellement, j’utilise le carnet surtout pour les « à côté » de ma thèse, c’est-à-dire pour pouvoir partager et élaborer quelques idées qui ne figureront pas dans le corps principal de mes recherches. D’abord c’est nécessaire parce que sinon je risque l’auto-plagiat ; ensuite ça me permet de me vider la tête de toutes les idées parasitaires qui viennent à la rédaction (« ah mais j’ai jamais parlé de ça », « personne n’a la moindre idée de ce dont je parle », etc.). Ça peut être des articles :

Peut-être que tous les sujets de recherche ne se prêtent pas facilement au partage sur Internet, mais des ressources, des fiches, des hésitations, ça s’échange quand même toujours facilement (et c’est clairement aussi ce qui est le plus lu1). Je pense que l’un des intérêts principaux du carnet de recherche est de pouvoir mettre à plat des interrogations en cours, des bribes de réflexion pas forcément très formalisées : pour soi ça permet de les évacuer, d’arrêter de boucler dessus, de les soumettre à l’avis des autres ; plus largement je pense aussi qu’il est intéressant de montrer les rouages d’une recherche, tout ce qui y fait difficulté — pour ne pas prétendre à un résultat parfait et bien rôdé tombé du ciel ? coupé de ses hésitations, c’est quand même moins intéressant non ? En tout cas, pour moi : avant d’avoir mon propre carnet je lisais ceux des autres et j’en ai tiré beaucoup d’idées et d’enthousiasme pour me lancer dans la recherche ; à partir du moment où j’ai eu le mien, il m’a aidée à formuler des choses, j’ai pu partager certaines réflexions auprès de spécialistes de mon domaine comme auprès de mes ami·es hors recherche, rendre accessibles certaines ressources peu trouvables, éviter d’avoir à être patiente en attendant la publication de mes articles (même s’il faut aussi l’être…) — bref je suis très fan des carnets de recherche.

Il me semble qu’un autre argument en faveur du carnet Hypothèses est simplement la participation à la communauté des carnetier·es, qui dans l’ensemble partage une certaine vision de la recherche — me semble-t-il du moins : mettre à disposition articles et réflexions pour un public potentiellement large, partager des recherches en train d’être élaborées donc vulnérables et faillibles, se laisser la possibilité d’échanger sur ses travaux… Dans mon cas — en fait, il me semble, dans le cas de beaucoup de carnetier·es — cela coïncide avec pas mal de partage sur Twitter.

Il y a la question de la protection des travaux qui peut rendre frileux·se si on craint le plagiat. L’archivage officiel du carnet par son ISSN répond en partie à ce risque, et certains des articles peuvent en outre éventuellement être protégés par un dépôt préalable sur HAL ou Nakala.

Le choix d’un carnet Hypothèses plutôt que d’un blog ou d’un site standard peut dépendre de plusieurs facteurs :

  • C’est gratuit — pour la personne qui ouvre le carnet du moins, mais c’est beaucoup de travail derrière évidemment ;
  • Le référencement web est d’office très bon — votre carnet n’est pas perdu au fin fond des résultats des moteurs de recherche, il apparaît même fréquemment tout en haut ;
  • Le référencement scientifique est un énorme argument : le carnet est très vite archivé, doté d’un ISSN, présent au catalogue des carnets, répertorié dans Isidore…
  • Le support est très intéressant — backend facile à mettre en œuvre (= WordPress), des réponses à toutes les questions, une communauté qui aide beaucoup sur les aspects techniques.

En revanche, pour les personnes habituées notamment à WordPress ça peut être parfois un peu frustrant car les possibilités de développement et de mise en page sont bridées par la plateforme — il faut, disons, bien choisir son thème (tips : le thème « Hueman » est l’un des plus personnalisables).

 

Comment ?

Il faut désigner, en principe, un·e rédacteur·ice principal·e qui serve de référent·e au carnet, mais il est aussi possible de créer un carnet au nom d’un collectif (c’est ce que nous avons fait aux Jaseuses par exemple). Concrètement, c’est ce nom qui apparaît ensuite au catalogue OpenEdition sous le titre de « Responsable(s) » : à l’intérieur du carnet (pour signer les articles par exemple), chaque rédacteur·ice peut signer de son nom, mais le nom du ou de la responsable (ou du collectif si c’est le choix qui a été fait) apparaît seul au catalogue.

La personne ou le groupe qui fait une demande d’ouverture de carnet doit remplir un formulaire pour préciser sa demande (ici si vous êtes partant·e pour vous inscrire tout de suite, ici si vous voulez d’abord voir à quoi il ressemble). Rien de très sorcier mais il faut y avoir pensé en amont. Il faut pouvoir justifier l’intérêt du carnet pour la communauté scientifique (être en thèse suffit normalement oui, ne vous fiez pas au syndrome de l’imposteur), avoir un titre, prévoir en gros la périodicité des publications…

Important à savoir pour choisir l’url : elle ne pourra pas bouger à partir du moment où vous serez enregistré·e au catalogue OpenEditions — donc il faut bien la choisir — et surtout, ce qui peut donner des sueurs froides, on vous demande d’en trouver une qui fasse moins de 12 lettres, sans ponctuation ni tirets (et c’est du bon sens, mais il vaut mieux éviter une url impossible à mémoriser du type « mhkdphf »). On a posé la question en séance : comment savoir si un titre est déjà pris ? À moins que vous manquiez sacrément de chance et qu’un carnet au nom du vôtre soit justement en train d’être créé, il suffit de tester l’adresse que vous voulez : tant que vous tombez là-dessus tout va bien.

La demande d’ouverture du carnet est vérifiée dans les jours qui suivent par le comité scientifique — en général en deux jours le carnet est ouvert. Quelques mois plus tard si tout se passe bien il est enregistré au catalogue OpenEditions et doté d’un ISSN, donc archivé (présent au catalogue de la BnF notamment).

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Ouvrir un carnet Hypothèses ?", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 18/02/2020, https://engagees.hypotheses.org/1710, consulté le 29/11/2020.

 

Liens utiles :

 

Pour continuer : partie 2, « Les ressources numériques en thèse (de littérature) ».

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Ouvrir un carnet Hypothèses ?", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 18/02/2020, https://engagees.hypotheses.org/1710, consulté le 29/11/2020.
  1. L’article le plus consulté de mon carnet, de trèèès loin : celui qui fait une synthèse de la notion d’engagement en littérature — des dizaines de lycéen·nes passent dessus chaque jour (ils sont assez faciles à repérer, les requêtes google sont rigolotes). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search