Gérer un gros corpus : lire, suivre l’avancée — carnet de bibliographie

Biblio littéraire : corpus québécois, corpus français

 

Étant donné l’ampleur du corpus que j’ai à étudier, il est très important pour moi de pouvoir garder trace de ce que je lis : jamais je ne me souviendrai en détails du contenu des quelques 300 livres de corpus que j’ai à consulter. Entre la préparation du projet de thèse et la fin de la première année, j’ai navigué entre plusieurs méthodes. Aujourd’hui, je travaille avec plusieurs supports : un carnet manuscrit où je liste les lectures faites ou à faire et l’avancée du travail, des fiches pour les ouvrages de bibliographie critique, une base de données pour les ouvrages du corpus. Cet article présente rapidement le carnet de bibliographie que j’utilise.

Pour le carnet de bibliographie, je l’utilise de deux manières : d’un côté, la liste des livres du corpus littéraire, à peu près définitive ; je la partage entre corpus français et corpus québécois ; de l’autre, les livres de bibliographie critique, que j’ajoute au fur et à mesure. À mon sens ça a plusieurs intérêts :

  • Pour le corpus littéraire, dont la liste est prédéfinie :
    1. Savoir où je peux trouver chacune des œuvres. J’ai fait les recherches une fois pour toutes, j’ai noté si tel livre se trouvait à la BNF ou non, à Gaston Miron ou non.
    2. Savoir ce qui me reste à lire : je regarde celles qui ne sont pas cochées.
    3. Savoir où j’en suis de mon travail sur les œuvres : si je les ai juste lues, si j’ai bien pris les citations, si j’ai bien pris en note le résumé. « Transcrit », c’est pour le cas où j’ai pris le résumé en notes vocales (quand j’ai la flemme de travailler à mon bureau et que je préfère me mettre au chaud sous un plaid sur mon canapé…), et qu’il faut que je pense à le retranscrire à l’écrit.

     

    Biblio littéraire : corpus québécois, corpus français

 

  • Pour le corpus critique, dont la liste s’allonge au fur et à mesure :
    1. Garder l’ordre chronologique de mes lectures : quand j’ai un vague souvenir d’une idée mais ne sais plus où je l’ai trouvée, je me rappelle en général à peu près quand je l’ai eue ; retrouver les livres ou articles que j’ai lus à cette période est utile.
    2. Hiérarchiser l’importance des différents ouvrages. Trier entre ceux qui sont vraiment fondamentaux pour la thèse, et ceux qui nourrissent la réflexion mais s’en trouvent aux marges.
    3. Savoir où j’en suis de mon travail sur les œuvres : si je les ai juste lues, si je les ai fichées, si j’ai bien extrait les références bibliographiques intéressantes dans Zotero, et dans certains cas, si j’ai pris dans Anki les infos à retenir (dates, chiffres).

     

    Biblio critique 1 : liste remplie au fur et à mesure

     

    Biblio critique 2 : liste remplie au fur et à mesure

     

  • Et dans les deux cas :
    1. Avoir une vision globale (spatialement large) du corpus. Sur Excel, je n’arrivais pas à avoir une vision aussi synthétique et claire.
    2. Constater l’avancée du travail : soigner mes angoisses !
    3. C’est joli.

***

J’avais rédigé cet article vers la fin de ma première année de thèse, cela ne faisait pas encore très longtemps que j’avais commencé à utiliser ce carnet de bibliographie. Depuis il y a eu des périodes de travail intenses et une période de quatre ou cinq mois de quasi non avancée de la thèse (cours, mobilisations, etc.). Conclusion après ce temps ? C’est toujours très bien. Alors que la thèse m’est totalement sortie de la tête,

  • Je peux retrouver en deux minutes l’état de mes travaux et reprendre exactement là où j’en étais, selon le temps dont je dispose. Exemples : il y a quelques jours j’avais une demi-heure de travail devant moi et ne savais pas quoi faire, j’ai juste eu à regarder ce qui me manquait à transcrire de l’audio vers l’écrit, tâche rapide et pas trop complexe. Je n’y avais pas touché depuis mille ans maisça m’a paru aussi frais que si j’avais fait ma lecture la veille.
  • La semaine passée j’ai dû rédiger une lettre justifiant par le détail les raisons pour lesquelles j’avais envie de faire un petit séjour de recherche à Montréal : j’ai juste eu à jeter un coup d’œil aux œuvres québécoises de mon corpus notées « ? », soit « pas dispo en France », en deux secondes j’avais ma liste.
  • Il y a quelques jours encore j’ai dû rédiger en vitesse une proposition d’article, je manquais de temps, d’énergie et de mémoire des textes, et je voulais m’assurer de proposer quelque chose qui me permette d’avancer dans la thèse : coup d’œil aux livres non lus, aux dates pour que ça coïncide, c’était plié.

Bref, ça marche bien et c’est très rassurant comme outil. Juste un peu étrange, dans l’après coup, de retrouver l’état d’esprit dans lequel j’avais mis ça en place au départ : j’ai observé ma colonne « Anki » avec une certaine perplexité ce matin 🤷

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Gérer un gros corpus : lire, suivre l’avancée — carnet de bibliographie", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 29/01/2020, https://engagees.hypotheses.org/1550, consulté le 29/11/2020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search