« Il y eut des blessés. Le viol subissait une crise »

Il y eut des viols. Autrefois on n'entendait pas parler de ça. Maintenant ça faisait toute une histoire. Le violeur se prévalait de la Proposition II, et la violée déclarait avoir été, elle, empêchée de s'y conformer. Avant elle ravalait ses larmes, cachant sa faute, c'est pourquoi il n'y avait pas de viols. À présent on en parlait au Conseil, au Conseil on parlait de tout. Ce qui ne veut pas dire qu'on trouvait une solution. On n'en trouvait pas. Le Conseil était désarmé devant ça. Des propositions de clauses "pour usage abusif", "dans les cas extrêmes" (qu'est-ce qui est extrême ? où commence l'abusif ?) menèrent à une désespérante panade.
Les familles de Brandon et de Béatrice étaient alors complètement éteintes [vendetta suite à un viol], et ce fut la solution, pour cette affaire-là. Mais elle marqua les esprits. On n'était pas sûr que les filles n'avaient pas des couteaux. On nota des moments d'hésitation chez les violeurs, et une moindre bonne volonté chez les violées. Il y eut des blessés. Le viol subissait une crise. L'ordre serein de jadis avait fait place au scandale. Les difficiles relations entre les personnes étaient en plein chaos.

— Christiane Rochefort, Archaos ou le jardin étincelant, Grasset et Fasquelle, Paris, [1972] 1999, p. 316-317.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search