« le corps a été pour les femmes … ce que l’usine a été pour les travailleurs salariés : le terrain originel de leur exploitation et de leur résistance »

Partant d'une analyse de "politique du corps", les féministes ont non seulement révolutionné le discours politique et philosophique contemporain, mais elles ont aussi commencé à réhabiliter le corps. Cela a représenté une avancée nécessaire, à la fois pour contrecarrer l'association négative entre féminité et corporalité et pour créer une vision plus globale de ce que signifie être humain. Cette réhabilitation a pris des formes diverses, de la recherche de formes de savoir non-dualistes à la tentative (avec les féministes qui envisagent la "différence" sexuelle comme valeur positive) de développer un nouveau type de langage et de "[repenser] les racines corporelles de l'intelligence humaine". [...] En ce qui concerne l'approche féministe, notre première étape devra être de préciser les conditions sociales et historiques sous lesquelles le corps est devenu un élément central et la sphère définitoire de l'activité constitutive de la féminité. En cela, Caliban et la Sorcière montre que le corps a été pour les femmes dans la société capitaliste ce que l'usine a été pour les travailleurs salariés : le terrain originel de leur exploitation et de leur résistance, lorsque le corps féminin a été approprié par l'État et les hommes et contraint de fonctionner comme moyen de la reproduction et de l'accumulation du travail. La place qu'a ainsi prise le corps dans tous ses aspects -- maternité, enfantement, sexualité -- a tout à fait sa place dans la théorie féministe et l'histoire des femmes. Caliban et la Sorcière vient aussi confirmer l'idée féministe qui refuse d'identifier le corps à la sphère privée et, dans le même ordre d'idée, ce livre parle de "politique du corps". Il explique ensuite comment le corps peut être pour les femmes à la fois la source d'une identité et une prison. Il montre aussi pourquoi il est si important pour les féministes et, simultanément, si problématique de le mettre en avant.

— Silvia Federici, Caliban and the WItch. Women, the Body and Primitive Accumulation, Autonomedia, 2004. Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, traduit de l'anglais par le collectif Senorevo, traduction revue par Julien Guazzini, éditions entremonde, 2014, p. 26-29.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search