« le genre … doit être envisagé comme une spécification des rapports de classe »

Caliban et la Sorcière se rapporte à "l'histoire des femmes" et à la théorie féministe de plusieurs autres façons. Tout d'abord, il vient confirmer que "la transition au capitalisme" est un cas d'école pour la théorie féministe, en ce que la redéfinition des tâches productives et reproductives et des rapports hommes-femmes à laquelle nous assistons dans cette période ne laissent que peu de doute quant au caractère construit des rôles sexués dans la société capitaliste. L'analyse que je propose nous permet aussi de dépasser la dichotomie "genre" et "classe". S'il est vrai qu'avec la société capitaliste, l'identité sexuelle devient le vecteur de fonctions spécifiques, le genre ne doit pas être considéré comme une pure réalité culturelle, mais doit être envisagé comme une spécification des rapports de classe. De ce point de vue, le débat qui a eu lieu parmi les féministes postmodernes quant à la nécessité de disposer d'un concept de femmes comme catégorie analytique et de définir le féminisme purement en termes d'opposition a été une erreur. Pour reprendre ce que j'ai déjà dit : si la "féminité" s'est constituée dans la société capitaliste comme fonction dissimulant la production de la force de travail sous couvert d'une fatalité biologique, alors "l'histoire des femmes" est "histoire de classe", et la question à se poser est de savoir si la division sexuée du travail qui a produit ce concept particulier de féminité a été transcendée. Si la réponse est négative (et elle l'est certainement quand on examine l'organisation actuelle du travail reproductif), alors "femmes" est une catégorie d'analyse légitime, et les activités associées à la "reproduction" demeurent un terrain de lutte essentiel pour les femmes, comme elle l'étaient pour le mouvement féministe des années 1970 qui, sur cette base, établissait un lien avec l'histoire des sorcières.

— Silvia Federici, Caliban and the WItch. Women, the Body and Primitive Accumulation, Autonomedia, 2004. Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, traduit de l'anglais par le collectif Senorevo, traduction revue par Julien Guazzini, éditions entremonde, 2014, p. 25..


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search