« Genre », féminisme, littérature (comparée) 2/2 : bibliographie introductive

Bibliothèque. Crédits : OFTO, sur Flickr, "Because I was there"

Bibliothèque. Crédits : OFTO, sur Flickr, « Because I was there »

 

Le 16 janvier 2020, dans le cadre du laboratoire junior du CRLC (Centre de Recherche en Littérature Comparée) de Sorbonne Université, Clément Scotto di Clemente et moi avons organisé une séance d’introduction aux études de genre. Elle était destinée en priorité aux doctorant·es souhaitant parfois utiliser des ressources de « genre », sans trop savoir forcément comment s’y prendre : quelles sont les références incontournables ? Quelle branche nous intéresse en priorité ? Qu’est-ce qu’on entend même exactement par « genre », catégorie un peu floue ? J’ai mis au point quelques documents pour la séance, je les transcris ici : vous trouverez le texte d’introduction ici, et ci-dessous une bibliographie introductive. Aux références bibliographiques — nécessairement incomplètes : il s’agit bien d’une bibliographie d’introduction, centrée sur la littérature –, j’ai associé quelques commentaires destinés à aider le lecteur ou la lectrice à s’orienter dans les ouvrages pour orienter des débuts de recherche. J’ajoute également quelques éléments de définition glanés par-ci par-là : sur « le genre », la « sexualité », le « queer ».

Plan de l’article :

 

Bibliographie commentée

Ouvrages généraux de référence

ANEF, Le Genre dans l’enseignement supérieur et la recherche. Livre blanc, La Dispute, Paris, 2014.

Laure Bereni, S. Chauvin, A. Jaunait, A. Revillard, Introduction aux études sur le genre, De Boeck, Bruxelles, 2008.

N. Chetcuti et L. Greco (dir.), La Face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2012.

Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités: introduction à la théorie féministe, Presses Univ. de France, Paris, 2008.

Nathalie Froloff, Ivanne Rialland (dir.), À la lumière des études de genre, revue ElFe XX-XXI, Études de littérature de langue française des XXe et XXIe siècles, n°6, Classiques Garnier, Paris, 2016. Lire en particulier l’introduction d’Audrey Lasserre, qui établit un très utile bilan de la recherche sur le genre en littérature (débats en cours, livres, colloques, collectifs…).

Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ?, Payot, Paris, 2014. Petit ouvrage de poche de vulgarisation, réexpliquant comment sont nées les études de genre et comment elles se déploient dans différents domaines (grammaire, neurosciences, éducation, cinéma, sport, etc.).

L. Parini, Le Système de genre. Introduction aux concepts et théories, Seismo, Zürich, 2006. Pour une lecture déjà un peu avancée.

Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, éditions La Découverte, Paris, 2016. Chapitres de quelques pages avec bibliographie complète sur les grands sujets du genre – dont « Hétéro / Homo », « Langage », « Postcolonialités », « Psychanalyse »… L’Enclyclopédie cependant ne mentionne rien quant à la littérature.

Joan W. Scott, « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », in De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012.

 

« Genre » en littérature

Pour suivre les actualités (et polémiques) en matière de genre et littérature, quelques ressources en ligne :

  • « Littérature comparée et Gender », numéro dirigé par Anne Isabelle François et Pierre Zoberman, revue Trans- n°23, 2018.
  • « Le concept de genre a-t-il changé les études littéraires ? », sous la direction de Christine Planté et Audrey Lasserre, Francofonia n°74, printemps 2018. Disponible en ligne par abonnement institutionnel ou particulier.
  • « Genre, littératures, cultures » : carnet écrit à plusieurs mains dont l’objet est précisément d’interroger la littérature avec les outils du genre (qu’est-ce qu’une œuvre d’art féministe, archives des identités queer…).
  • « Malaises dans la lecture » : a récemment recensé et discuté les affaires Chénier et Matzneff notamment, sinon centré sur les problématiques de genre en littérature telles qu’elles sont déterminées par les situations d’enseignement. La page « Revue de presse » recense des articles sur des cas précis (littérature et censure, lire post #metoo, etc.)

Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Gallimard, Paris, 1949. Consulter les derniers chapitres du tome 2, spécialement consacrés à la littérature.

Anne E. Berger, « Genre. Penser “le genre” en langue(s) ou comment faire des études de genre en littéraire ? », Fragments d’un discours théorique. Nouveaux éléments de lexique littéraire, dir. Emmanuel Bouju, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2015,p. 176. Le titre dit tout !

Terry Castle, The Apparitional Lesbian: Female Homosexuality and Modern Culture, Columbia University Press, New York, 1993. Recueil de textes sur la place des lesbiennes dans la littérature occidentale, premier du genre : celles qui écrivent, celles qui sont représentées et comment.

Hélène Cixous, Le rire de la Méduse et autres ironies, Galilée, Paris, 2010. Ouvrage essentiel du mouvement dit de l’écriture féminine, des années 1970 ; très influent dans la french theory et la pensée du genre en littérature telle qu’elle s’est développée aux États-Unis.

Guyonne Leduc (dir.), Comment faire des études-genres avec de la littérature: masquereading, L’Harmattan, Paris, 2014. Pas un classique absolu, mais un livre exclusivement consacré à la question !

Kate Millett, Sexual Politics, Doubleday and co., New York, 1970. Grand classique du féminisme de la seconde vague ; outre les premières parties qui se penchent sur l’histoire des femmes et de la psychanalyse, les quatre derniers chapitres sont des analyses du fonctionnement des réflexes patriarcaux en littérature.

Nancy K. Miller (dir.), The Poetics of gender, Columbia Univ. Press, New York, 1986. Classique mais un peu daté, un des premiers livres à traiter théoriquement la question.

Toril Moi, Sexual/textual politics: feminist literary theory, Methuen, Londres, 1985. Ouvrage qui synthétise efficacement les différents courants à l’origine de la littérature féministe : histoire du féminisme, pensées de Derrida, Foucault, Cixous… très représentatif de la french theory.

Christine Planté, La Petite sœur de Balzac: essai sur la femme auteur, Presses Univ. de Lyon, 1985. Histoire des femmes de lettres au XIXe siècle : ce qui explique leur quasi absence dans le canon littéraire, comment elles trouvent les moyens d’écrire, comment leurs contemporains hommes reçoivent leurs écrits… Voir aussi préface et postface qui resituent l’ouvrage dans l’histoire des études de genre en France.

Lori Saint-Martin, Contre-voix. Essais de critique au féminin, Nuit Blanche, Montréal, 1997. Recueil d’articles où Lori Saint-Martin réfléchit à sa propre pratique (pionnière) de critique littéraire féministe et la replace dans le champ général de la critique littéraire : ses enjeux, ses objets, ses risques, etc. Lire en particulier la première partie.

Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, (1988-1990), Éditions Amsterdam, traduit de l’américain par Maxime Cervulle, Paris, 2008. Classique théorique sur l’histoire des gays telle qu’elle se laisse lire dans l’histoire littéraire – un peu ardu parfois mais autrice fondamentale.

Dale Spender, Man made language, Pandora, New York, 1980.

Gayatri Chakravorty Spivak, « Can the Subaltern Speak? », in Cary Nelson et Larry Grossberg (dir.), Marxism and the interpretation of Culture, 1988.

Anne Tomiche et Pierre Zoberman (dir.), Littérature et identités sexuelles, SFLGC, Nîmes, 2007.

Virginia Woolf, A Room of One’s Own, Hogarth Press, London, 1929. Classique, sur les conditions matérielles nécessaires à l’écriture – donc sur le rapport particulier des femmes à l’écriture.

Monique Wittig, Le Chantier littéraire, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 2010. Théorie littéraire de Wittig, en relation avec ses engagements politiques lesbiens et ses théories féministes matérialistes ; réflexions sur le travail littéraire, sur le genre grammatical…

 

Classiques du genre hors littérature

Ti-Grace Atkinson, Amazon Odyssey, Links Books, New York, 1974. Recueil d’articles ; féminisme matérialiste et lesbianisme politique ; réflexions sur la place des discours dans la lutte féministe.

Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Gallimard, Paris, 1949. Somme pionnière et référence omniprésente dans les études de genre, partout en Occident.

Judith Butler, Gender trouble: feminism and the subversion of identity, Routledge, New York, 1990. Livre fondateur des branches queer et linguistiques des études de genre, mais difficile d’accès ; il vaut peut-être mieux commencer par des ouvrages qui le synthétisent.

Rosi Braidotti, The Posthuman, Polity Press, Cambridge, 2013. Livre essentiel des nouvelles épistémologies féministes dites de la troisième vague, intégrant les données des théories du point de vue situé et les croisant avec d’autres courants de pensée « posthumains ».

P. H. Collins, Black Feminist Thought. Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, Routledge, New York, 1991. Blackfeminism et épistémologie féministe.

Raewyn Connell, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, éds. Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, Paris, Éd. Amsterdam, 2014.

Kimberlé Crenshaw, On intersectionality: essential writings, 2017. Sur le concept d’intersectionnalité, potentiellement utile en littérature.

Christine Delphy, L’Ennemi principal, Syllepses, Paris, 2017. Sociologie, livre essentiel pour comprendre le féminisme de la seconde vague en France et les bases des théories matérialistes.

Francis Dupuis-Déri, La Crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace, éditions du remue-ménage, Montréal, 2018. Analyse du discours qui se tient sur « la crise de la masculinité », et de la (non) réalité de cette crise dans les rapports de domination réels de la société ; la première partie en particulier revient sur l’histoire de cette idée de crise, et sur la manière dont elle a toujours servi à renforcer la domination masculine.

Didier Éribon (dir.), Les Études gays et lesbiennes. Actes du colloque des 23 et 27 juin 1997, Éditions du Centre Georges-Pompidou, Paris, 1998. Recueil d’articles, premier du genre en France, référence incontournable en France par conséquent.

Betty Friedan, The Feminine Mystique, Norton and co, New York, 1963. Un des quatre « piliers » du féminisme de la seconde vague, surtout sur le sort des femmes des classes moyennes et de la bourgeoisie aux États-Unis dans les années 1950 : aliénation, assignation au foyer, troubles psys…

Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Côté-femmes, Paris, 1992. Recueil d’articles, dont certains posent les jalons des théories des points de vue situés et réfléchissent à ce que devient « la théorie » (notamment littéraire) quand on la prend d’un point de vue féministe.

Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais: sciences, fictions, féminismes, Exils, Paris, 2007. Recueil d’articles ; pionnière du féminisme dit de la troisième vague et des théories du point de vue situé.

Françoise Héritier, Masculin-Féminin I. La Pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996. Françoise Héritier, Masculin-Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002. Ouvrages anthropologiques très souvent cités en références de base aux études de genre françaises.

Teresa de Lauretis, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, La Dispute, Paris, 2007 (1990).

Audre Lorde, Sister Outsider: Essays and Speeches, 1984. Textes politiques et littéraires d’Audre Lorde : croisent questions de racisme, de féminisme, de lesbianisme.

Adrienne Rich, La Contrainte à l’hétérosexualité et autres essais (1977-2007), Éditions Mamamélis et Nouvelles questions féministes, Genève, Lausanne, 2010. Discours prononcés au sein de l’Université de femmes dans laquelle travaillait Rich ; sur l’importance de la sororité, sur l’importance de fonder de nouvelles cultures (notamment littéraires) féministes.

Gayle Rubin, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Epel, Paris, 2010 (1984).

Monique Wittig, La Pensée straight, Amsterdam, Paris, 2018. Recueil de textes portant essentiellement sur les rôles sexuels, sur la manière dont ils s’articulent dans des discours, sur le potentiel révolutionnaire des pensées gay et lesbiennes (en politique, en littérature aussi).

 

Éléments de définition

Genre

« L’outil du genre n’est pas une “théorie” au sens dogmatique et idéologique que ses contempteurs lui supposent, mais c’est une approche scientifique qui s’appuie sur des apports théoriques dans des champs de connaissance variés. Les études de genre font appel aux savoirs et aux méthodes des sciences sociales, du doute et de la critique en médecine, philosophie, psychanalyse, histoire, sociologie, littérature ou encore en économie pour comprendre les façons dont la différence sexuelle, modelée par des stratégies de pouvoir et de contrôle sur les corps, implique des inégalités, des dominations et des discriminations. Il ne s’agit pas de nier une différence (de nier le sexe biologique […]), mais de comprendre comment celle-ci, qui n’est qu’une différence parmi toutes celles qui font de chacun un être unique, a été socialement et culturellement surdéterminée. Point d’ordre naturel : être homme ou femme n’a jamais renvoyé à une même réalité selon les époques ou les régions du monde. Ce sont les aspects et l’histoire de toutes ces variations que les chercheurs et les chercheuses s’emploient à mettre au jour. »1

L' »origine féministe nous apprend aussi qu’avant d’être institutionnalisée en ‘études de’, le genre est un concept, un outil et une méthode, qui repose sur l’analyse de quatre points fondamentaux : construction, hiérarchie, interaction et intersection2. À partir de l’analyse des différences entre femmes et hommes comme résultat d’une construction sociale, les relations entre femmes et hommes structurent l’organisation sociale autour d’un dispositif hiérarchique qui oppose au masculin le féminin. Ces catégories (hommes/femmes, masculin/féminin) ne peuvent être saisies qu’en relation et en interaction, dans leur intersection avec d’autres relations de pouvoir et catégories identitaires (origine, classe, ‘race’, nation). Le genre peut ainsi être défini comme une catégorie d’analyse.

Dans une logique de dénaturalisation, le genre désigne soit la relation hiérarchique des sexes socialement et culturellement construits, soit le système de sexe socialement et culturellement construit dans un rapport hiérarchique (selon que l’on porte l’accent sur le principe de partition ou sur les parties divisées. »3

« Le genre est un élément constitutif des relations sociales fondé sur les différences perçues entre les sexes et le genre est une façon première de signifier les rapports de pouvoir. »4

« La chair des rapports sociaux »5

 

Sexualité

« Sous le terme de “sexualité”, il faut entendre ici à la fois l’ensemble des pratiques qui ont une signification érotique dans une société donnée, le système politique qui définit ces pratiques et notamment organise la frontière entre celles qui sont “déviantes”6 et, enfin, le processus de catégorisation des personnes par l’objet de leur désir, c’est-à-dire par leur “orientation sexuelle”, régime d’identification et d’expérience qui ne s’est constitué et développé qu’à l’époque contemporaine7. »8

 

Théories féministes

« un savoir indissociablement lié à un mouvement politique qui problématise, notamment d’un point de vue épistémologique inédit, le rapport que tout savoir entretient avec une position de pouvoir. »9

« ‘Idéologie !’ s’étranglent les antigenres. Ben oui. So what ? On se demande bien pourquoi les universitaires qui se revendiquent des études de genre s’enfoncent dans le déni. La démarche critique et politique est l’essence même des études de genre si elles ont l’ambition d’être et de rester féministes. On peut faire sans. Cela ne veut pas dire que l’on n’est pas politique pour autant. »10

 

Queer

Définition assez datée et qui pose pas mal de problèmes : « La matrice ouverte à des possibilités, les écarts, les imbrications, les dissonances, les résonances, les défaillances ou les excès de sens quand les éléments constitutifs du genre et de la sexualité de quelqu’un ne sont pas contraints (ou ne peuvent l’être) à des significations monolithiques. Ce sont les aventures et les expériences politiques, linguistiques, épistémologiques, figuratives que vivent ceux d’entre nous qui aiment à se définir (parmi tant d’autres possibilités) comme lesbiennes féminines et agressives10, tapettes mystiques, fantasmeurs, drag queens et drag kings, clones, cuirs, femmes en smoking, femmes féministes ou hommes féministes, masturbateurs, folles, divas, snap !, virils soumis, mythomanes, transexuels, wannabe, tantes, camionneuses, hommes qui se définissent comme lesbiens, lesbiennes qui couchent avec des hommes […] et tous ceux qui sont capables de les aimer, d’apprendre d’eux et de s’identifier à eux. »11

 

Voir aussi l’article d’introduction aux études de genre.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "« Genre », féminisme, littérature (comparée) 2/2 : bibliographie introductive", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 19/01/2020, https://engagees.hypotheses.org/1290, consulté le 27/09/2020.

 

Notes :

  1. Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ?, Payot, Paris, 2014,p. 8-9. []
  2. Laure Bereni et al., Introduction aux études sur le genre, De Boeck, Bruxelles, 2012. []
  3. Audrey Lasserre, « Le genre et les études littéraires d’expression française », in Nathalie Froloff, Ivanne Rialland (dir.), À la lumière des études de genre, revue ElFe XX-XXI, Études de littérature de langue française des XXe et XXIe siècles, n°6, Classiques Garnier, Paris, 2016,p. 23. []
  4. Joan W. Scott, « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », in De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012. []
  5. Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, éditions La Découverte, Paris, 2016. []
  6. Gayle Rubin, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Epel, Paris, 2010 (1984). []
  7. Halperin, Winkler et Zeitlin (dir.), Before Sexuality. The Construction of Erotic Experience and the Ancient Greek World, Princeton University Press, Princeton, 1990. Chauvin et Lerch, Sociologie de l’homosexualité, La Découverte, Paris, 2013. []
  8. Juliette Rennes, op. cit.,p. 17-18. []
  9. Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités: introduction à la théorie féministe, Presses Univ. de France, Paris, 2008. []
  10. Sam Bourcier, « Trouble dans les études de genre », Libération, 15 janvier 2017. []
  11. Eve Kosofsky Sedgwick, « Construire des significations queer », Les Études gays et lesbiennes, Paris, Centre Georges Pompidou, 1998,p. 115. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search