« Genre », féminisme, littérature (comparée) 1/2 : Introduction

Livres études de genre. Crédits : Beth Granter sur Flickr, #readinglist #igersbrighton #books #socialism #feminism #religion #politics

Livres études de genre. Crédits : Beth Granter sur Flickr, #readinglist #igersbrighton #books #socialism #feminism #religion #politics

 

Le 16 janvier 2020, dans le cadre du laboratoire junior du CRLC (Centre de Recherche en Littérature Comparée) de Sorbonne Université, Clément Scotto di Clemente et moi avons organisé une séance d’introduction aux études de genre. Elle était destinée en priorité aux doctorant·es souhaitant parfois utiliser des ressources de « genre », sans trop savoir forcément comment s’y prendre : quelles sont les références incontournables ? Quelle branche nous intéresse en priorité ? Qu’est-ce qu’on entend même exactement par « genre », catégorie un peu floue ? J’ai mis au point quelques documents pour la séance, je les transcris ici : mon texte d’introduction ci-dessous, une bibliographie introductive ici, avec quelques éléments de définition.

Plan de l’article :

 

Qu’entend-on par « études de genre » ?

Note : pour rédiger cette partie je m’appuie largement sur le chapitre « Introduction. La Chair des rapports sociaux », de l’Encyclopédie critique du genre1.

Le champ de recherche sur le genre apparaît dans les années 1970. Il y a eu longtemps (il y a encore ?) fluctuation dans les termes employés : études sur les femmes, études sur la condition féminine, étude sur les rapports sociaux de sexe, études féministes, études sur le genre, études de genre… On hésite aussi souvent entre « gender » ou « genre » : dans la communauté scientifique le débat court depuis longtemps et il ne semble pas tout à fait résolu (la revue Trans- propose par exemple en 2018 plutôt « gender », pour éviter les ambiguïtés et bien désigner la catégorie d’analyse telle qu’elle s’est construite aux États-Unis2. J’ai quand même l’impression qu’on hésite peu à dire « genre » maintenant, surtout semble-t-il depuis que la « Manif pour tous » est passée par là : ils ont certes beaucoup parlé de « théorie du genre » (mais en un bloc, qu’on peut facilement éviter), mais aussi beaucoup de « gender » ou « djendeur ». Le mot « genre » en tout cas ne pose pas de problème majeur en français, et l’homophonie (avec « genre » comme « genre littéraire » ou « genre grammatical ») est même souvent exploitable, j’y reviendrai en seconde partie.

Au cours des années il y a eu un « déplacement de focale »3 dans les études de genre : si au départ il s’agissait essentiellement d’étudier l’histoire des femmes — dans une « perspective ‘compensatoire' »4 à l’intérieur de disciplines qui jusque-là se focalisaient sur les hommes et le masculin –, aujourd’hui c’est plutôt « le rapport hiérarchique entre hommes et femmes, entre masculin et féminin, entre hétérosexualité et autres sexualités, qui est devenu l’enjeu des études de genre au creuset du littéraire. »5 Malgré tout, l’histoire des femmes reste l’objet majeur des études de genre –

Palliant une exclusion ou une minoration, cette réintégration des femmes et de leurs textes dans l’étude d’une littérature qu’elles ont contribué à écrire vise à mettre en partage une histoire mixte et une réalité commune.6

Depuis les années 1990-2000, les études sur le genre se sont quand même diversifiées – ont pleinement intégré le queer notamment, et se sont ouvertes aux interrogations intersectionnelles ; elles se sont alors plus significativement polarisées selon trois domaines : corps, sexualité, rapports sociaux (domaines d’enquête et catégories d’analyses). Je reviendrai plus bas sur les aspects « corps » et « rapports sociaux », pour ouvrir à la transition avec ce dont voulait parler Clément. Intéressons-nous notamment à « la sexualité » dans les études de genre – c’est important, ne serait-ce que parce que par exemple il peut nous arriver de douter de la pertinence de notre proposition si l’on souhaite parler d’homosexualité masculine dans un colloque sur « le genre » – est-ce du genre ? Alors, oui, historiquement et par le fait, même s’il y a des traditions de recherche un peu différentes, les études gaies, lesbiennes, queer, se sont écrites comme des études de genre. Voilà comment l’Encyclopédie critique du genre définit la « sexualité », vite arrivée sur le devant de la scène des études de genre :

Sous le terme de “sexualité”, il faut entendre ici à la fois l’ensemble des pratiques qui ont une signification érotique dans une société donnée, le système politique qui définit ces pratiques et notamment organise la frontière entre celles qui sont “déviantes”7) et, enfin, le processus de catégorisation des personnes par l’objet de leur désir, c’est-à-dire par leur “orientation sexuelle”, régime d’identification et d’expérience qui ne s’est constitué et développé qu’à l’époque contemporaine.8

À partir du moment où la sexualité, ainsi définie, devient l’un des objets principaux des études de genre, quatre branches se distinguent (je suis toujours le propos de l’Encyclopédie) :

  • Les études féministes sur l’hétérosexualité comme système politique,
  • Les enquêtes sociohistoriques, démographiques et épidémiologiques sur les pratiques sexuelles,
  • Les études gaies et lesbiennes,
  • Les études queer.

Ces différentes branches sont bien des domaines séparés, dans le sens où elles développent leurs propres outils, références, objets d’études ; en revanche elles entrent sans cesse en interaction.

Les évolutions et transformations de ces quatre domaines de recherche qui placent la sexualité au cœur de leurs analyses […] constituent désormais une sorte de patrimoine commun des études de genre en sciences sociales.9

Surtout, ces différents domaines sont constamment mobilisés ensemble aux moments des luttes politiques (par ex. pour le mariage pour tous), dans les travaux des étudiant·es, dans les réseaux ou revues universitaires (ex. EfiGiES, GSS ou GSL…). C’est pour cela que j’insistais à l’instant : « de fait », tout cela fait partie des études de genre, et l’on doit avoir à peu près toutes ces interrogations en tête quand on se lance dans un travail qui utilise les outils de l’une ou l’autre des branches – cela n’aurait plus trop de sens aujourd’hui par exemple d’évacuer les questions lesbiennes des questions féministes.

 

Genre et grammaire

Je disais qu’il n’y avait pas d’obstacle majeur à l’utilisation du terme « genre » pour parler de ces études, en dépit de l’homophonie – avec « genre littéraire » par exemple. En fait, cette homophonie a du sens, et d’abord parce que le mot « genre » vient bien, au départ, de la grammaire. Je vais me baser ici sur le très intéressant article de Yannick Chevalier et Christine Planté dans Qu’est-ce que le genre ?, « Ce que le genre doit à la grammaire »10.

D’abord, c’est dans un double sens que « le genre doit à la grammaire » :

  1. « [L]a vision que nous avons du masculin et du féminin, des hommes et des femmes est largement déterminée par la langue, que nous en ayons conscience ou non »11,
  2. Et « le terme même de genre, utilisé pour décrire et analyser cette organisation sociale, a longtemps été employé surtout comme terme grammatical »12 – et ce sens grammatical persiste beaucoup dans le sens du mot aujourd’hui.

Plusieurs jalons à poser pour l’histoire de la notion de « gender », dans la sphère anglo-saxonne :

  • Dès les années 1950, John Money parlait d’ »identités de genre » ou de « rôles de genre » (gender) pour désigner les comportements différents que petits garçons et petites filles adoptaient en fonction de certaines variations dans leur éducation.
  • Un peu plus tard, Robert Stoller, connu pour avoir travaillé avec des patient·es intersexes, utilise aussi le mot « gender » dans le même sens, comme « aspect de l’identité sexuelle socialement déterminé, par opposition d’avec le sexe biologique »13.
  • En 1986, Joan W. Scott, psychanalyste féministe, écrit un article sur le genre (vite traduit en France) ; elle place en épigraphe une définition de dictionnaire sur le « genre » – elle a posé d’emblée que l’utilisation du terme grammatical était souvent riche de sens pour parler de l’organisation sociale des sexes.

« Gender. n. a grammatical term only. To talk to persons or creatures of the masculine or feminine gender, meaning of the male or female sex, is either a jocularity (permissible or not according to context) or a blunder. »14

En français maintenant ?

« Il existe aussi des emplois de ce type bien avant la formation du concept, et les dictionnaires anglais et français pointent une origine commune. Les premières attestations datent pour les deux langues du XIIe siècle. Le terme est emprunté au latin genus, dont il conserve tous les sens : vers 1200, il désigne “l’ensemble des hommes considérés collectivement […] et tantôt une collectivité liée à un lieu ou à une famille, un peuple, tantôt une collectivité définie par le sexe […]

Les premières attestations du sens grammatical sont contemporaines, vers 1225, mais cet emploi technique ne l’emporte pas sur l’emploi comme synonyme de sexe. Celui-ci demeure, et on en trouve des traces dans la langue et la littérature du XIXe et du XXe siècle. »15

En l’occurrence, Yannick Chevalier et Christine Planté citent :

  • Laure de Surville (la sœur de Balzac), qui redoute sa condition de femme auteur car elle « nous isole de notre sphère, de nos affections, de notre genre ; nous devenons ni homme ni femme. »16 ;
  • le Littré cité par Scott, qui dit par exemple « On ne sait de quel genre il est, s’il est mâle ou femelle »17 ;
  • et, exemple plus complexe, Proust à la fin d’Un amour de Swann, « Dire que j’ai gâché des années de ma vie […] pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! »18.

Ce sens-là de « genre » n’est donc pas un usage du mot inventé totalement par les féministes, ni par les américains !

Côté anglo-saxon, gender a commencé à être employé, en général par opposition à sex, dès les années 1970. S’il y a une référence à lire sur le sujet, pour comprendre le « système sexe / genre », c’est Gayle Rubin. En France les choses se sont passées différemment : pendant plus longtemps on a hésité à distinguer totalement sexe biologique et identité de genre, les analyses féministes – notamment matérialistes – se sont orientées différemment. Le terme a commencé à s’imposer quand même dans les années 1990-2000, mais alors il a connu des réticences à l’usage, soit idéologiques soit linguistiques : on a parfois argué, ce n’est pas neuf non plus donc, que la polysémie du terme posait problème. L’assimilation de « genre » à « sexe social » a ainsi longtemps été considérée comme un anglicisme. Tous les refus n’étaient pas réactionnaires ; certaines par exemple ont voulu éviter l’usage du terme « genre » car elles craignaient, à cause du lien avec le sens grammatical du mot, une essentialisation des rôles de genre – la langue servant parfois à justifier l’ordre des choses comme on sait (Yannick Chevalier et Christine Planté citent l’exemple du mot « historienne » traité par Jean Larnac19) ; d’autres ont voulu éviter que le « genre » devienne « un cache-sexe euphémisant »20 dans des milieux universitaires déjà un peu trop enclins à négliger les corps et les réalités concrètes des dominations.

Aujourd’hui, on utilise facilement « genre », on aime même bien exploiter la polysémie du terme pour faire quelques jeux de mots en colloques. Au-delà des jeux de langue, ces double-sens de « genre » font vraiment sens dans les études féministes. Trois pistes d’étude sont proposées par Yannick Chevalier et Christine Planté :

  • « [S]i les langues présentent une grande variété dans le traitement du genre grammatical (quand il existe), cela invite à reconnaître les variations du système de genre dans les différentes cultures et sociétés humaines. »21
  • « [L]’évolution des langues au cours du temps, qui voit apparaître un changement dans le traitement du genre grammatical, tant dans le lexique que dans la grammaire, montre qu’on ne saurait prétendre le système de genre intangible ni fondé en nature, et que sa compréhension doit être historicisée »22
  • « [P]rêter attention à la langue et à la façon dont s’y inscrit le genre grammatical permet de mieux comprendre un facteur important de perpétuation de la hiérarchie de genre et les difficultés de sa remise en cause. »23

J’ai traité la part plus « genre », Yannick Chevalier et Christine Planté reviennent ensuite en détail sur ce que la grammaire fait au genre : comment le marquage systématique du genre en français renforce la bicatégorisation des individu·es, etc. Sur ce point je ne m’étends pas ici, mais c’est le moment d’annoncer qu’on parlera sûrement « écriture inclusive et thèse » lors de la séance méthode du 14 avril sans doute.

 

Genre et littérature comparée

Questionner la littérature par les outils du genre aujourd’hui n’est pas une simple affaire de mode, histoire de faire coller les débats littéraires aux enjeux sociaux de l’époque ; c’est aussi une promesse d’avancées scientifiques, et pour nous, en littérature, il y a beaucoup à faire. Dans les deux sens d’ailleurs : comme le font remarquer Anne Isabelle François et Pierre Zoberman, les analyses de genre manquent encore en littérature, mais les analyses littéraires manquent aussi en études de genre24.

Comme le rappelle Audrey Lasserre,

Si les spécialistes de littérature d’expression française semblent aujourd’hui en minorité au sein des études de genre, alors que les spécialistes du genre semblent en minorité au sein des études littéraires en France, il n’en reste pas moins que ce sont des littéraires (critiques et écrivaines) qui ont contribué à fonder les études féministes en France. Et, comme y insiste à juste titre Anne E. Berger, “les grands noms de la pensée féministe ou queer américaine sont pour une bonne part des littéraires de formation”25 Il y a donc dès l’origine une affinité particulière entre littérature et études féministes (et/ou de genre) qu’il s’agirait non seulement de ne pas occulter mais encore de sonder à bon escient.26

À quoi cela peut-il servir ? Pour reprendre les bases, disons déjà que questionnés par le genre, les objets d’étude littéraire traditionnels changent d’aspect :

  • Le canon et l’idée d’une valeur objective des œuvres littéraires. Que fait-on du constat que les femmes ne font pas partie du canon traditionnel ? Leurs productions littéraires se voient accorder moins de « valeur » que celle des hommes, est-ce corrélé à un manque de « qualité littéraire » ou est-ce que la « valeur littéraire » est une notion culturelle reflétant et reproduisant les dominations de genre existant dans la société ?
  • La construction des identités dans et par la littérature, la résistance qu’on peut leur opposer. Comment la littérature a-t-elle ou construit-elle des identités féminines, masculines ? Comment met-elle en scène, qu’elle les rende évidentes ou les masque au contraire, la construction des identités sexuelles ?
  • L’histoire des genres littéraires. Si l’on s’intéresse par exemple au sort spécifique des femmes en littérature aux XVII-XIXe siècles, on doit réviser l’histoire de l’émergence du roman : le rôle qu’elles ont joué dans sa généralisation, le rôle qu’ont eu certains genres réputés mineurs (parce que genrés ?) dans la construction générique du roman… Christine Planté a mis en avant par exemple pour le XIXe siècle le « genre des genres »27 et l’imaginaire générique : ce qui associe à un genre littéraire un groupe masculin ou féminin.
  • L’histoire des mouvements littéraires. Que devient le classicisme si l’on considère le rôle des Précieuses ? Que devient l’histoire de la notion d’engagement littéraire si l’on y intègre le mouvement des écritures féministes de la fin du XXe siècle ?
  • L’histoire sociologique de la littérature. Si l’on se met d’un coup à considérer les femmes dans l’histoire sociologique de la littérature, que dit-on de l’évolution du statut d’écrivain ? Des conditions matérielles propices à l’écriture ? Cela permet aussi de lutter contre le « déni d’antériorité » (Delphine Naudier) : fournir des exemples de femmes autrices du passé, pour alimenter et encourager les créatrices du présent.

C’est bien pour toutes ces questions qu’elles soulèvent, dont je ne cite ici que quelques-unes, que les études de genre sont un outils exploitable par tous les chercheur·ses en littérature, qu’iels soient ou non spécialistes d’un domaine particulièrement « genré » ou non : le « genre » est un outil, une manière d’offrir de nouvelles perspectives sur un objet d’étude donné.

L’une des difficultés que l’on peut rencontrer dans les études de genre en littérature, c’est le risque d’un certain essentialisme, à partir du moment où l’on fixe un objet (ex. étudier les œuvres « féminines » par exemple, étudier les œuvres « de femmes », monter un réseau de « chercheuses » — n’élimine-t-on pas certains groupes en faisant ces choix ? ne se met-on pas un autre type d’œillères ?) – alors qu’au contraire la démarche générale des études de genre vise plutôt à remettre sans cesse en cause les délimitations de nos objets d’étude. Pour cette raison, dans les études littéraires comme dans les autres champs d’étude impactés par le genre, les questions féministes et sexuelles entrecroisent toujours, et doivent entrecroiser, des questions de domination autres : race, classe, validité/handicap, etc.

La littérature comparée est un domaine d’études particulièrement susceptible de faire émerger des choses intéressantes via les outils du genre :

  • Parce que dès le départ elle consiste à juxtaposer différentes nationalités, différentes sphères culturelles : étudier « le genre » dans un pays n’a pas le même sens que dans un autre, car les identités et rôles sexués n’y sont pas construits de la même manière, et les traditions universitaires peuvent également différer.
  • L’idée même d’ »intersection« , de croisement, est au cœur de la discipline comparée ; la remise en cause des catégories caractéristique de la littérature comparée, parfois la volonté de les déplacer à l’arrière-plan de l’analyse, sont propices au déploiement d’analyse de genre, peut-être en particulier aux théories queer. Anne Isabelle François et Pierre Zoberman parlent en tout cas de la littérature comparée et du queer, ensemble, comme de « forces de perturbation »28 — on ne poussera peut-être pas la comparaison très loin, mais on peut au moins dire comme Audrey Lasserre qu’il y a là une « affinité particulière ».

 

Enjeux brûlants : corps et intersections

Un point pour finir sur deux branches de développement des études de genre particulièrement intéressantes aujourd’hui : l’attention de plus en plus marquée pour les corps et les analyses intersectionnelles. Je finis sur ces points parce que Clément va proposer une analyse qui justement est représentative de ces deux branches d’étude importantes.

Depuis les années 1990, l’attention portée aux corps s’est beaucoup accentuée : on s’intéresse à la manière dont « les normes de genre organisent les usages sociaux du corps et la signification que les personnes leur accordent »29. À partir des années 2000, on s’intéresse aussi à « la façon dont les pratiques corporelles genrées produisent des corps objectivement différents »30. On s’intéresse de plus en plus notamment à la manière dont la hiérarchie sociale entre les sexes s’apprend « par corps »31, comment elle est incorporée ; aux expressions de soi qui passent par le corps, dans la performance du genre ; aux manières dont les codes sociaux appris transforment le corps et produisent une différence des corps (taille, voix, poids…). En littérature, on peut l’étudier comme objet : voir comment sont traités les corps, la place qu’ils prennent, etc. On peut aussi le prendre comme pratique, cela se voit de plus en plus : via les « conférences gesticulées », la réflexion sur nos statuts de chercheurs et chercheuses qui sommes aussi des corps et qui avons aussi des problématiques de corps qui croisent ou interfèrent avec nos recherches.

Pour les analyses intersectionnelles, il s’agit de partir de l’idée de la multiplicité et de l’imbrication des rapports sociaux ; là encore, c’est une approche qui vient au départ du féminisme (du blackfeminism plus précisément), et qui est devenue un « défi épistémologique et méthodologique dans les enquêtes empiriques »32 Dans ce domaine il y a un grand triptyque d’analyse des intersections : genre / race / classe ; mais c’est ouvert, et il faut penser notamment aussi aux critères d’apparence physique, d’âge, de santé, d’(in)validité, d’orientation sexuelle, de pratiques religieuses, tous critères « susceptibles de reconfigurer les rapports de genre dans une diversité de situations »33. À l’instant je viens d’interroger notre position à nous, jeunes chercheurs et chercheuses en littérature comparée, par rapport à ces questions du corps, et il me semble que nous devons aussi poser ces questions-là dans nos recherches : essayer d’ouvrir les perspectives sur nos objets d’étude, même parfois sans trop savoir où aller exactement (côté objet d’étude), et questionner collectivement nos positions sociales par rapport à la thèse et à nos avenirs (côté pratique de la recherche).

Les analyses « posthumanistes » caractéristiques notamment du féminisme dit de la troisième vague, associées au développement des épistémologies féministes du point de vue situé, intègrent ces deux grands types de démarches (corps et intersections) : le cyborg de Haraway, le post-humain de Braidotti, les analyses croisées avec l’antispécisme chez Adams ou Rowe par exemple. On prend aussi en compte, dans ces perspectives-là, l’analyse des ressources ou capitaux des groupes dominants : par exemple on analyse de l’intérieur les masculinités en montrant la complexité des rapports de domination entre hommes.

[Suit l’exposé de Clément sur le livre de Raewyn Connell, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie34.]

 

Voir la bibliographie introductive aux études de genre proposée pendant la séance.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "« Genre », féminisme, littérature (comparée) 1/2 : Introduction", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 19/01/2020, https://engagees.hypotheses.org/1280, consulté le 29/11/2020.

 

Notes :

  1. « Introduction. La chair des rapports sociaux », par Juliette Rennes, Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave, Gianfranco Rebucini, in Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, éditions La Découverte, Paris, 2016. []
  2. « Le terme anglais n’était pas employé (en tout cas pas seulement) pour mettre en exergue l’altérité culturelle de la notion (encore qu’historiquement, le gender soit bien une catégorie d’analyse qui a été repérée et construite de l’autre côté de l’Atlantique). Adopté sous cette forme, le terme évite les ambiguïtés qui caractérisent au contraire celui de genre – avec, en particulier les genres littéraires, qu’on peut d’ailleurs eux-mêmes mettre en relation avec la question d’une écriture genrée. » dans « Littérature comparée et Gender », numéro dirigé par Anne Isabelle François et Pierre Zoberman, revue Trans– n°23, 2018. []
  3. Audrey Lasserre, « Le genre et les études littéraires d’expression française », in Nathalie Froloff, Ivanne Rialland (dir.), À la lumière des études de genre, revue ElFe XX-XXI, Études de littérature de langue française des XXe et XXIe siècles, n°6, Classiques Garnier, Paris, 2016, p. 26. []
  4. Laure Bereni, S. Chauvin, A. Jaunait, A. Revillard, Introduction aux études sur le genre, De Boeck, Bruxelles, 2008, p. 10. []
  5. Ibid. []
  6. Audrey Lasserre, op. cit., p. 27. []
  7. Gayle Rubin, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Epel, Paris, 2010 (1984 []
  8. « Introduction. La chair des rapports sociaux », op. cit., p. 17-18. []
  9. Op. cit., p. 20. []
  10. Yannick Chevalier, Christine Planté, « Ce que le genre doit à la grammaire », in Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ?, Payot, Paris, 2014. []
  11. Op. cit., p. 13. []
  12. Ibid. []
  13. Op. cit., p. 15. []
  14. Définition de « gender » dans le Fowler’s Dictionary of Modern English Usage, édition de 1940. Citée dans Joan W. Scott, « Le genre : une catégorie utile d’analyse historique », in De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012, p. 18 — première traduction française dans Les Cahiers du GRIF, n°37-38, 1988. []
  15. « Ce que le genre doit à la grammaire », op. cit., p. 15-16. []
  16. Laure Surville de Balzac, Lettres à une amie de province (1831-1837), Plon, Paris, 1932, p. 141. []
  17. Entrée « Genre ». []
  18. Marcel Proust, Un amour de Swann, Gallimard, Paris, 1998 [1913], p. 375. []
  19. « Le mot historienne n’existe même pas dans notre vocabulaire. Nous avons eu des femmes auteurs de mémoires, en abondance, des chroniqueuses même, comme Christine de Pisan. Nous avons aujourd’hui des professeurs d’histoire et des chartistes qui savent beaucoup de choses et qui sont capables d’entreprendre un “travail” érudit. Nous n’avons pas une historienne comparable à Augustin Thierry ou à Michelet. », Jean Larnac, Histoire de la littérature féminine en France, Kra, Paris, 1929. []
  20. « Ce que le genre doit à la grammaire », op. cit., p. 20. []
  21. Op. cit., p. 21. []
  22. Ibid. []
  23. Ibid. []
  24. Anne Isabelle François et Pierre Zoberman (dir.), Littérature comparée et Gender, revue Trans- n°23, 2018. []
  25. Anne E. Berger, « Genre. Penser ‘le genre’ en langue(s) ou comment faire des études de genre en littéraire ? », Fragments d’un discours théorique. Nouveaux éléments de lexique littéraire, dir. Emmanuel Bouju, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2015, p. 176. []
  26. Audrey Lasserre, « Le genre et les études littéraires d’expression françaises », op. cit., p. 22. []
  27. Christine Planté, La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 2015 [1989], p. 196. []
  28. Anne Isabelle François et Pierre Zoberman, op. cit. []
  29. « Introduction. La chair des rapports sociaux », op. cit., p. 15. []
  30. Ibid. []
  31. Op. cit., p. 14. []
  32. Ibid. []
  33. Op. cit., p. 21. []
  34. Raewyn Connell, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, éds. Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, éditions Amsterdam, Paris, 2014. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search