« Toujours, elle avait voulu des filles. Et pourtant, au dernier moment, elle avait désiré, chaque fois, mettre au monde un enfant mâle qui souffrirait moins qu’elle. »

Elle pensa tout à coup que Dieu connaissait toute sa vie et que point n’était nécessaire de la lui raconter de fil en aiguille. Mais elle se dit aussi : "Peut-être qu’il oublie des fois. Il y a tant de misère qui s’adresse à lui." Ainsi, la seule fêlure dans sa foi venait de cette candide supposition que Dieu, distrait, fatigué, harassé comme elle, en arrivait à ne plus accorder qu’une attention éparse aux besoins humains. (p. 94)

Toujours, elle avait voulu des filles. Et pourtant, au dernier moment, elle avait désiré, chaque fois, mettre au monde un enfant mâle qui souffrirait moins qu’elle. Toujours, dans l’obscurité, dans la solitude, à travers la détresse du corps, elle avait redouté de donner naissance à une fille. (p. 337)

— Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion [1945], éditions Boréal, Montréal, 2009.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search