« elles s’y perdent comme n’ayant plus de fin et elles sont mangées elles-mêmes d’être sans fin »

Je te dis que les mères de cette communauté n'ont eu accès à la parole qu'à partir du silence des pères. L'omniprésence des mères est un leurre social trop grand. Les mères surparlent, les pères absents marmonnent ou rechignent, on dira alors qu'elles sont devenues universellement englobantes. Mais leurs mots tournent, la langue même les écrase. Elles parlent en dehors d'elles, malgré elles, elles parlent indistinctement un flot pour maintenir la vie qu'elles traversent et qu'elles font pousser de l'intérieur. Elles ont l'air d'ignorer leur folle entreprise de transmettre et de donner sans fin la parole en même temps que le lait. Sans elles un silence opiniâtre et revanchard aurait régné. Elles laissent glisser tant et tant qu'elles s'y perdent comme n'ayant plus de fin et elles sont mangées elles-mêmes d'être sans fin. Elles créent pour nourrir ce qui existe et insiste comme une perte totale. Elles sont la grande toile de fond où s'exécutent quelques mouvements qui ne se solidifient pas, le jeu social de consommer. [...]
Elles parlent d'avant le langage, elles moulent ainsi gardent auprès d'elles et toutefois, elles ne répandent que la parole. Comme si elles touchaient la parole et non les corps. Dans l'espace, ça se joue. Une relation obstinée, engendrement de la parole à partir de la parole.

— France Théoret, Nous parlerons comme on écrit, Les Herbes rouges, Montréal, 1982, p. 162-163.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search