« Po(é)litiser la parole des femmes depuis les mouvements de libération » — entretien avec Xavière Gauthier

Le 19 octobre 2019 nous avons accueilli Xavière Gauthier pour clore notre colloque des Parleuses sur « Le poé(li)tique de la prise de parole des femmes ». À partir de la présentation de ses différentes œuvres depuis les années 1970, nous avons abordé quantité de sujets passionnants : féminisme, écoféminisme, avortement, sororité en acte, création de revues littéraires…

 

Entretien Parleuses / Xavière Gauthier, 19 octobre 2019. De gauche à droite : Aurore Turbiau, Xavière Gauthier, Khadija Benfarah, Caroline Dejoie.

L’article est ici : « Po(é)litiser la parole des femmes depuis les mouvements de libération ».

 

J’ai un excellent souvent de cette conversation ; c’était calme, drôle, sororal, révolté, c’était chouette. Petit florilège de mes passages préférés :

  • « [Marguerite Duras] y va fort ah ! C’est-à-dire, comme si on commençait une voix de femme, un écrit de femme, écrit de la parole, et si c’était l’avenir enfin. Peut-être qu’elle est trop généreuse dans son espoir, mais c’est comme ça qu’elle l’a vécu, et moi aussi bien sûr.” (à propos des Parleuses, écrit en collaboration avec Marguerite Duras).
  • “On devait marquer la date, mais pourquoi on ne le faisait pas ? c’est là que vous allez comprendre pourquoi on était folles : qu’est-ce que c’est que ce calendrier grégorien ? Grégoire qu’est-ce que c’est que ça ? un moine, un homme ? On n’en voulait pas. On n’en voulait pas de calendrier grégorien, ce n’est pas un calendrier lunaire, ce n’est pas pour nous. Donc, le culot quand même ! On voulait tellement tout remettre en cause, qu’aussi bien le calendrier, on n’en voulait pas.”
  • “Donc, le premier numéro [de Sorcières] est paru à la fin des années 1975. Déjà, on comprend un peu cette utopie, c’est-à-dire le fait de vouloir tout balayer, le patriarcat c’était tout. Dehors !
  • “Au lieu d’une femme solitaire, on a plutôt des sorcières solitaires. Et dans un mouvement de sororité, j’appelais ainsi toutes les femmes, qui écrivent, qui luttent, qui chantent, qui dansent, qui peignent, qui sculptent, donc les femmes créatrices dans tous les sens du terme, à se joindre à moi, à la revue. Et je n’ai pas déliré toute seule apparemment, parce que des centaines de femmes ont apporté des textes et des images, et des dizaines ont participé à la revue et ont pris des responsabilités, et des milliers l’ont lue.” (voir le texte d’appel reproduit ici).
  • “à ce moment-là, on essayait de comprendre : est-ce que nous, femmes, nous avons un rapport différent à la prison, à la théorie, à la nourriture, etc. ? Les thèmes sont universels, larges, mais est-ce que nous, nous avons ou pas, une façon de voir différente ?”
  • “c’est que le patriarcat, l’homme s’est approprié et s’approprie encore la fertilité des sols et la fécondité des femmes. Les deux étant une main mise. Comme si c’était quelque chose d’inerte, nature et femme inertes. Comme si ce n’était pas le vivant, voilà.”
  • “et si on prenait ton texte des menstrues et qu’on le faisait couler au milieu du texte imprimé ?” (à propos de Rose saignée).
  • « Si on pense qu’il y a essence de la femme, ce n’est même plus la peine d’en parler, c’est-à-dire il n’y a pas de lutte possible. L’essence finirait un destin. Évidemment je ne pourrais pas être essentialiste.”
  • “Eh oui, c’est moi qui étais enceinte, c’est moi qui ai vomi, c’est moi dont le ventre a grossi, pas lui. Et ce n’est pas de sa faute, c’est la différence des sexes tout simplement. On avait l’impression d’être complètement libres, et finalement non, on ne l’était pas.
  • “Elles sont écoféministes et anticapitalistes en même temps. Elles lient bien l’ensemble et c’est ce qui ressort je crois du numéro de La Nature assassinée, notamment le texte de Françoise d’Eaubonne, c’est que c’est le capitalisme, c’est le patriarcat, c’est ce qui nous tue.”

Bref, c’était bien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search